Encyclopédie méthodique: ou par ordre de matières, Volume 97

Front Cover
Panckoucke, 1813
 

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

suppl tome 3 botanique

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 191 - J'ai mangé du pain de lotus, et je crois v qu'une armée peut fort bien avoir vécu d'un pareil pain, « comme Pline rapporte qu'en ont vécu les Libyens. Le « goût de ce pain est même si doux , si agréable, qu'il ya « apparence que les soldats ne s'en plaignoient pas.
Page 492 - Elle s'aigrit et prend une odeur très -désagréable quelques jours après que le fruit a été cueilli. Lorsque le coco mûrit sur l'arbre, cette gelée se change en une amande dure comme de la corne. Le tronc de l'arbre , après avoir été fendu et dépouillé des fibres intérieures , sert à faire des jumelles pour recevoir l'eau , et des palissades pour les habitations et les jardins. Les feuilles sont employées à couvrir et à entourer les cases. Avec cent feuilles, on peut construire une...
Page 492 - Praslin , la plupart des maisons sont construites de cette manière. Le duvet attaché aux feuilles tient lieu d'ouate pour garnir les matelas et les oreillers; on fait des balais et des paniers avec les côtes des feuilles; les jeunes feuilles, séchées, coupées en lanière et tressées, servent à faire les chapeaux que les hommes et les femmes portent à l'île Praslin.
Page 39 - Anciens faisaient également usage des feuilles du henné pour teindre les cheveux et les ongles des mains et des pieds. En effet, toutes les momies que l'on trouve , ont les ongles teints en jauneorangé. Mais cette couleur ne...
Page 479 - Toute la plante eft glabre , & ne reflemble pas mal à l'athamante de Matthiole. Les feuilles radicales font compofées d'un pétiole à trois divifions, dont chacune porte des folioles linéaires , trifides ou multifides, difpofées en manière d'aile; celles de la tige ont un pétiole grêle, chargé de quatre à cinq folioles linéaires. La tige eft nue ou à peine feuillée, terminée par une ombelle droite, à fleurs blanches, _ régulières, à huit ou neuf rayons peu ouverts.
Page 26 - Genre de plantes dicotylédones, à fleurs complètes, monopétalées, de la famille des Quamoclits, qui a de grands rapports avec les Liserons.
Page 41 - Ja citnssance s'est opérée dans une année , n'en produit pas une seconde, et l'individu, semblable à cet égard à tous les êtres organisés , ne pouvant plus se développer , doit tendre vers sa fin. Cependant le climat ou la culture prolonge quelquefois la vie des végétaux. Une plante n'est qu'une herbe annuelle sous tel dégré de latitude, et sous tel autre, elle vit plusieurs années. La culture peut aussi prolonger l'existence des herbes, en retardant l'époque de la fécondation , parce...
Page 192 - ... jufqu'à la hauteur de deux ou trois pieds , fait comme un rocher ou comme plufieurs racines jointes...
Page 41 - Decandolle a vu un pied d'œillet , qu'une culture soignée avoit transformé eu un arbrisseau. On pourroit citer cent faits analogues , qui tous montrent les rapports des herbes et des plantes ligneuses , et prouvent que la seule différence essentielle des herbes et des arbres consiste dans la propriété qu'ont ces derniers , de reproduire chaque année un nouveau liber ; encore cette propriété n'appartient-elle pas si exclusivement aux arbres qu'on ne puisse, à force de soins, la donner à...
Page 58 - ... obtuses, vertes, presque glabres, un peu crénelées ou dentées en scie, arrondies et presque tronquées à leur base , longues d'un pouce et plus. Les fleurs sont terminales, verticillées, d'un jaune pâle, accompagnées de bractées ovales-acuminées; les calices glabres, terminés par cinq pointes en forme d'épines. Cette plante croît au Mexique. On la cultive au Jardin du Roi. (POIR.) LEPELAER.

Bibliographic information