Essai de manuel de la langue agni: parlée dans la moitié orientale de la Côte d'Ivoire

Front Cover
J. André, 1900 - Anyi language - 226 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 164 - défricher. Mais le Ciel déclara que celui qui se gratterait en défrichant n'obtiendrait pas la main de sa fille ; au contraire, celui qui défricherait la forêt sans se gratter aurait la jeune fille. L'Éléphant se mit donc à défricher, mais tout de suite il se gratta. Alors les enfants du Ciel allèrent lui dire :
Page 165 - Et ainsi l'Araignée put finir de défricher la forêt. Et le Ciel lui donna sa fille en mariage et lui fit cadeau d'un bœuf. L'Araignée dit : « C'est à moi, ce bœuf, je ne veux pas que les mouches viennent se poser dessus pour en manger.
Page 165 - le lui donna tout et la Mort, sans bouger de place, l'avala tout entier. L'Araignée avait bien dit : « Je ne veux pas que les mouches touchent à mon bœuf. » Mais déjà la Mort le lui avait mangé tout entier, et il ne resta rien
Page 165 - défricher, et il demandait à Duré, la fille du Ciel : « Tu connais le bœuf qu'on va prendre pour que tu me fasses à manger : ici, il a du noir? et là, il a du rouge? et ici, il a du blanc?
Page 165 - était éteint. Il dit alors à son petit garçon qui s'appelait Aba-Kan : « Aba, tu vois ce feu là-bas, va en chercher pour que nous mangions notre bœuf.
Page 164 - 11 ne sait pas défricher la forêt! » dit le Ciel, et il enleva sa fille des mains de l'Éléphant. Il appela toutes les bêtes sauvages; elles vinrent en grand nombre, mais ne purent réussir (à défricher la forêt sans se gratter).
Page 198 - Dans les villages, il ya à proprement parler autant de chefs qu'il ya de familles. Mais il arrive souvent qu'un chef de famille, plus riche, ou plus vieux, ou plus éloquent que les autres, arrive à avoir une sorte de prépondérance
Page 193 - ou Takiman, qui se trouvait sur son passage pour rentrer à Coumassie. Un certain nombre de Ntakyima, sous la conduite d'un nommé Ano, émigrèrent vers le sud-ouest et arrivèrent près de la rivière Manzan, un peu au nord de Zaranou.
Page 198 - dire le peuple, la basse classe. Il n'ya guère de différence, au point de vue du traitement social, entre un fils d'esclave et un homme libre pauvre; un fils d'esclave devenu riche est même plus respecté qu'un homme libre pauvre.
Page 193 - venant du Broussa par le Sahué, qui s'établit auprès d'Ano. Le roi de Coumassie, ayant su que les Ntakyima avaient trouvé de l'or près de la rivière Manzan, voulut exiger d'Ano qu'il lui payât un fort tribut; Ano envoya

Bibliographic information