Essai sur l'organisation du travail en Poitou: depuis le XIe siècle jusqu'à la Révolution, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 562 - Moyen-Age à assurer sa domination absolue sur le monde du travail. Le socialisme municipal et le socialisme d'Etat, pour employer des termes expressifs, sinon entièrement exacts, avaient ainsi procédé lentement à l'éducation des classes industrielles et commerçantes, préparé l'unification économique, stimulé l'activité de l'industrie et du négoce. La réglementation avait été la préface nécessaire de la liberté. L'ancienne organisation du travail ne devait pas d'ailleurs mourir...
Page 559 - ... nuer leur métier par le défaut de sommes nécessaires pour « payer les frais des droits de perception. Ils feront valoir les « principes d'équité, de morale et de politique consignés « dans l'édit du mois de février 1777 et attesteront qu'on a « trompé l'autorité, lorsqu'on lui a fait dire, dans l'édit du « mois d'août de la même année, que les droits et les frais « pour parvenir à laréception dans les corps et communautés « réduits à un taux très modéré et proportionnés...
Page 573 - B. Fillon, Rapport sur les rues de Fontenay, 1880, in-8. — B. Fillon, Recherches sur le séjour de Molière dans l'Ouest de la France, 1871, in-8. — P. de Fleury, Note sur une horloge à pendule d'Angoulême, in-8, 1891.— A.
Page 147 - Châtellerault, elle interroge une coutelière sur la nourriture qu'elle donne à son mari : Du pain et de la soupe, plusieurs fois par jour, lui répond-on, parce que la viande est trop chère; soupe aux carottes, soupe aux herbes ou à l'oignon, avec de l'huile. On boit de l'eau, mais le lundi, e mari va boire du vin avec ses compagnons au cabaret. Tout ce peuple néanmoins a l'air heureux. On arrive un dimanche soir dans un village de...
Page 147 - Chàtellerault, la femme d'un coutelier lui décrit ainsi la nourriture de son mari : « Du pain et de la « soupe plusieurs fois par jour, parce que la viande est « trop chère : soupe aux herbes, soupe aux carottes, soupe « à l'oignon avec de l'huile. On boit de l'eau à la maison, « mais le lundi le maître va boire du vin avec ses compa
Page 271 - Pancarte de l'île d'Yeu (xvne s.) citée ci-dessous même chapitre, au sujet Ils exercent ce pouvoir réglementaire, soit par eux-mêmes, soit p,ar l'entremise de leurs sénéchaux, partageant parfois dans les villes leur autorité législative avec les corps municipaux. Ainsi fait à Poitiers le chapitre Saint-Hilaire, seigneur du bourg de ce nom, lorsque le premier mardi de chaque mois, il envoie son doyen et plusieurs chanoines conférer avec le maire et les échevinsau sujet de la législation...
Page 423 - des plus difficiles effets que vous devez vous proposer « de votre application, écrit Colbert à Basville le 26 mars « 1682, doit estre de retirer les habitants de la ville de « Poitiers de l'extrême fainéantise dans laquelle ils ont esté « de tout temps et sont encore plongés (6).
Page 359 - Non seulement, le roi se considère comme le propriétaire éminent de tous les métiers, mais encore il se croit par ses fonctions elles-mêmes tenu de régler la police intérieure des communautés, de déterminer les conditions de la production industrielle et de la circulation commerciale, de fixer même le taux des salaires et le prix des produits (1). En fait, l'action de...
Page 548 - C. 3g. dispositions pédanlesques. 11 promulgua le 22 juillet 1779 un règlement pour la fabrication des étoffes de laine de la généralité de Poitiers réduit à 7 articles, et le 30 septembre une ordonnance semblable pour les toiles, résumée en 6 articles (1\ Ces deux documents étaient accompagnés de tableaux où, pour chaque lieu de fabrique et chaque variété d'étoffes, étaient prescrites la matière de la chaîne et de la trame, le nombre des fils de la chaîne, la longueur du tissu...
Page 346 - On leur défend de donner à boire « dans ce temps là à toutes personnes sur« tout domiciliées dans la paroisse et aux environs,excepté « aux voyageurs étrangers et qui ne pourront différer abso« lument de prendre leur repas jusque après l'office divin ». On leur interdit d'accepter des clients à heure indue,c'est-àdire après 8 heures du soir en hiver et 9 heures en été, car s'ils contreviennent à ces lois, « ils sont responsables des scandales et des péchés qui se commettent...

Bibliographic information