Recueil de traités sur l'electricité

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 61 - ... excitée. Les voici : i.. Je fis tenir un plat d'étain à un homme électrifé , pendant que quelqu'un , qui fe tenoit fur le plancher , y approchoit un autre pareil plat. Lorfque ces deux plats étoient portés à leur jufte diftance , les coups de feu...
Page 34 - J'ai eflayé ceci plufieurs fois avec la flâme d'une chandelle. On fait brûler de l'efprit de vin allumé dans un long vafe placé entre deux barres de fer, qui repofent fur des cordons de foye, & dont l'une touche prefque le verre de la Machine. Il...
Page 132 - ... des Anciens , puifque nous trouvons qu'on peut tirer d'un animal mort autant de ce feu , que d'un animal vivant , pourvu que l'un & l'autre foient également remplis de fluide ? i o°. Ne paroît-il pas extrêmement vrai-femblable qu'en augmentant d'une certaine...
Page 31 - Etant fur le fujet de la végétation des plantes, je dirai ici un mot en paflant de la farine fécondante , qu'on trouve dans les plantes & dans les fleurs & de fa direction vers leurs matrices ou vers celles des plantes & fleurs voifines. En effet , s'il n'y avoit pas quelqu'influence attraftive , qui guidât cette farine , il n'arriveroit que trèsrarement , que le hazard fe joignît avec la matrice.
Page 90 - XXV EXPERIENCE, Pendant qu'on électrife la phiole de Mercure au globe, les courans de feu électrique en fortiront par le bouchon cacheté en plus grande quantité que dans l'expérience avec la phiole d'eau , & feront même fouvent des exploitons en plein air fans toucher aucun corps. Le feu & les coups fe fuccedent quelquefois très-prompeement dans cette expérience & repréfement comme en migniature les coups de la foudre & du tonnerre.
Page 66 - ... fes effets à une diftance quelconque du corps éle&rifé immédiatement par le frottement; :puifque les feux de cette efpéce, au lieu de perdre de leur force dans leur propagation, y gagnent plutôt par de nouvelles acceffions qu'ils rencontrent *en leur chemin.
Page 30 - Ainfi'il eft naturel , qu'après avoir perdu une portion de fon feu, qui eft fa vie , elle tombe malade & que dans fon état de langueur elle abaifle fes feuilles & branches , jufqu'à ce qu'elle ait eu le temps de recouvrer fa vigueur en retirant du nouveau feu de l'air, qui l'environne. Mettez, par exemple, un petit faule ou-autre arkte dans un pot fur un gâteau de refine, & éleclrifez l'arbre.
Page viii - Jinon que jufqu'à préfent nous ne fommes pas encore avancés dans nos découvertes au point de pouvoir les rendre utiles au genre humain. Dans quelque partie que ce foit de la Phyfique , on ne parvient à la perfection que par des gradations bien lentes.
Page 90 - Les exhalaifons des plantes & des arbres confia:ent auffi en particules folides, qui compofent entr'elles dans un certain ordre une efpéce de fluide. Mais la folidité de ces particules ne dépend pas uniquement de celles des particules di(Toutes des plantes.
Page 102 - Les particules de la matière électrique, qui en partie environne les corps comme .une atmofphére, & qui en partie fe trouve dans fes pores, font écartées par le frottement de leurs points naturels, & portées à certaines diftances ; & lorfque la furface .d'un <orps eft frotté plufieurs fois , elles s'en éloignemt <te phis en plus > & U stfn L'EIECÎB.ICITE'.

Bibliographic information