Fin du Répertoire du Théâtre Français: avec un nouveau choix des pièces des autres théâtres, Volume 8

Front Cover
Pierre Marie Michel Lepeintre Desroches
Mme. veuve Dabo, 1824 - French drama
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 156 - II lit au front de ceux qu'un vain luxe environne Que la Fortune vend ce qu'on croit qu'elle donne; Approche-t-il du but, quitte-t-il ce séjour, Rien ne trouble sa fin, c'est...
Page 99 - II prépare si bien l'amant et la maîtresse, Que leur âme au seul nom s'émeut et s'intéresse. On s'estime, on se cherche, on s'aime en un moment : Tout ce qu'on s'entre-dit persuade aisément ; Et sans s'inquiéter...
Page 99 - Et sans s'inquiéter d'aucunes peurs frivoles, La foi semble courir au-devant des paroles : La langue en peu de mots en explique beaucoup; Les yeux, plus éloquents, font tout voir tout d'un coup; Et de quoi qu'à l'envi tous les deux nous instruisent, Le cœur en entend plus que tous les deux n'en disent.
Page 156 - Les grands hommes, Colbert, sont mauvais courtisans, Peu faits à s'acquitter des devoirs complaisants; A leurs réflexions tout entiers ils se donnent, Et ce n'est que par là qu'ils se perfectionnent. L'étude et la visite ont leurs talents à part. Qui se donne à la cour se dérobe à son art. Un esprit partagé rarement s'y consomme, Et les emplois de feu demandent tout un homme.
Page 155 - Bonsoir. — Que vois-je là?... La Fontaine endormi ! Et ce serait vraiment dommage, En cet instant, de l'éveiller !... A demain, j'attends le courage De nos amis... Tandis qu'ils sont à sommeiller, 5 II faut que pour Mignard j'achève cet ouvrage Je lui sais des chagrins...
Page 149 - Êtes-vous encore en colère? MOLIÈRE. Oui, sans doute, j'y suis ; j'y dois être toujours. ISABELLE. C'est un malheur pour nous d'avoir pu vous déplaire ; Ce n'est pas notre faute. MOLIÈRE. Ah ! trêve de discours. Quand j'ai pris mon parti, moi je n'en reviens guère.
Page 142 - LA FONTAINE. Quand on est entre amis , on peut boire sans craindre. On n'a rien à cacher ; le cœur est tout à nu ; On peut penser tout haut , et se parler sans feindre , MOLIÈRE. Vivons toujours de la sorte entre nous , Mes bons amis , et malheur aux jaloux Que notre union peut surprendre ! Nous sommes faits pour nous entendre, Pour nous estimer, nous chérir, Pour jouir franchement des succès l'un de l'autre. CHAPELLE. Oui , vers un noble but ensemble on peut courir. Si mon ouvrage est bon...
Page 56 - Je viendrai vous chercher, quand vous pourrez sortir; Nous tâcherons alors de vous bien divertir, De vous faire oublier l'ennui que je vous cause. Auriez-vous , par hasard , besoin de quelque chose ? Vous êtes voyageur, et pris par des sergens ; Et quoique ces Messieurs soieut fort honnêtes gens , Il en est quelques-uns...
Page 145 - ... de mon lit , Me parler doucement ; voici comme il me dit : Mon bon ami , pensez qu'il est bien nécessaire De faire voir à tous que vous êtes fâché De tout le mal que vous avez pu faire ; Se mêler d'opéra , c'est un très-grand péché ; Le bon Dieu , voyez-vous , s'en offense et s'en pique. Il veut que pour lui seul on fasse la musique. On m'a conté que vous êtes l'auteur D'un opéra nouveau , superbe et magnifique ; •Mon bon ami, c'est un malheur; Ce qui s'est fait est fait , et je...
Page 139 - LULLI. Je suis pour qu'on s'amuse. MIGNARD. Et moi, j'en dis autant. Nous voyons, grâce au ciel, Molière mieux portant ! Quel bonheur pour la comédie ! DESPRÉAUX. Ajoutez-y pour ses amis, Pour son siècle et pour son pays, Dont il est le plus beau génie. CHAPELLE. Ma foi, je suis de ton avis. C'est notre maître à tous; sous sa plaisanterie, Que de raison souvent et de philosophie ! Le chef-d'œuvre le plus divin Qui soit jamais éclos du cerveau d'un humain, C'est Tartuffe.

Bibliographic information