Fin du Répertoire du Théâtre Français: avec un nouveau choix des pièces des autres théâtres, Volume 45

Front Cover
Pierre Marie Michel Lepeintre Desroches
Mme. veuve Dabo, 1824 - French drama
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 51 - Et que perdras -tu dans un inconnu qui n'a rien? ANGÉLIQUE. Tout le bonheur de ma vie. Ayez la bonté de lui dire aussi que ce n'est point la quantité de biens qui rend heureuse, que j'en ai plus qu'il n'en faudroit avec Dorante , que je languirois avec un autre.
Page 14 - ... même est de leur parti; tu n'as pour tout secours que ta vertu qui ne doit pas être contente, et qu'une véritable amie comme moi dont tu te défies; que ne risques-tu pas? ANGÉLIQUE. — Ah! ma chère mère, ma chère amie, vous avez raison, vous m'ouvrez les yeux, vous me couvrez de confusion : Lisette m'a trahie, et je romps avec le jeune homme. Que je vous suis obligée de vos conseils!
Page iv - Tout juste, vous l'avez deviné, Madame. Depuis qu'il vous a parlé tantôt, je l'ai perdu de vue dans cette peste de maison, et, ne vous déplaise, je me suis aussi perdu, moi. Si vous vouliez bien m'enseigner mon chemin, vous me feriez plaisir; il ya ici un si grand tas de chambres, que j'y voyage depuis une heure sans en trouver le bout. Par la mardi ! si vous louez tout cela, cela vous doit rapporter bien de l'argent, pourtant. Que de fatras de meubles, de drôleries, de colifichets! Tout un...
Page 13 - Hélas! ma fille , vois ce que tu as fait : te serais-tu crue capable de tromper ta mère, de voir à son insu un jeune étourdi, de courir les risques de son indiscrétion et de sa vanité, de t'exposer à tout ce qu'il voudra dire, et de te livrer à l'indécence de tant d'entrevues...
Page 14 - Ce n'est pas un domestique payé pour te trahir, non plus qu'un amant qui met tout son bonheur à te séduire. Tu ne consultes que tes ennemis; ton cœur même est de leur parti. Tu n'as pour tout secours que ta vertu qui ne doit pas être contente, et qu'une véritable amie comme moi, dont tu te défies; que ne risques-tu pas ? ANGÉLIQUE.
Page 35 - Ah ! je ne vous reconnais pas à cela, Dorante; je me passerai mieux de bonheur que de vertu. Me proposer d'être insensée, d'être méprisable! Je ne vous aime plus.
Page 77 - Vous vous croiriez donc mariés, parce que, dans i'étourderie d'un transport amoureux, il vous aurait plu de vous dire : « Nous le sommes ? » Les passions seraient bien à leur aise, si leur emportement rendait tout légitime.
Page viii - LÉLIO. — Achevez, Madame : à l'égard de celui-là ?... HORTENSE. — Faites comme vous pourrez, je ne suis pas mal intentionnée... Mais supposons que je vous aime, n'y at-il pas une princesse qui croit que vous l'aimez, qui vous aime peut-être elle-même, qui est la maîtresse ici, qui est vive, qui peut disposer de vous et de moi ? A quoi donc mon amour aboutirait-il ? LÉLIO.
Page iv - Par la mardi, si vous louez tout cela, cela vous doit rapporter bien de l'argent pourtant. Que de fatras de meubles, de drôleries, de colifichets! tout un village vivrait un an de ce que cela vaut. Depuis six mois que nous sommes ici, je n'avais point encore vu cela. Cela est si beau, si beau, qu'on n'ose pas le regarder, cela fait peur à un pauvre homme comme moi. Que vous êtes riches, vous autres Princes! et moi qu'est-ce que je suis en comparaison de cela? mais n'est-ce pas encore une autre...

Bibliographic information