Fin du Répertoire du Théâtre Français: avec un nouveau choix des pièces des autres théâtres, Volume 26

Front Cover
Pierre Marie Michel Lepeintre Desroches
Mme. veuve Dabo, 1824 - French drama
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 97 - ... plus loin, tu verras un auteur de mélodrames près d'un général, une cantatrice près d'un ambassadeur. Chacun en entrant dans cette maison laisse l'étiquette à la porte et contracte l'obligation de faire les frais de la soirée avec son argent quand il est riche, ou avec son esprit, quand il en a; on raconte l'anecdote du jour; on parle des beaux-arts, des théâtres, des journaux; on fait de la mauvaise musique ; on prend le punch ; on fait la cour aux dames ; on...
Page 80 - Je n'aurais qu'à exiger de M. d'Harcourt qu'il cessât de les voir, il ne manquerait pas de trouver d'excellentes raisons pour me prouver que j'ai tort , et que ses amis sont des jeunes gens charmans... N'importe, j'ai promis de rompre avec madame Saint-Ange, je tiendrai ma parole. Oh! oui, malgré la contrariété que j'éprouve, je ne me sens pas la force de déplaire à mon mari; il est si bon, ACTE I, SCENE IV.
Page 103 - HENRI. Je crois entendre madame ; donne les ordres pour qu'on dresse les tables de jeu, qu'on allume les bougies; puis retourne à ton poste. Surtout fais bien attention; de la politesse pour les gens qui viendront à pied; des égards pour les personnes qui viendront en cabriolet, et du respect pour celles qui Tiendront en équipage.
Page 94 - Elle donne des soirées tons les mercredis, ei c'est-là le rendez-vous des étrangers de distinction et de tous ceux à qui la fortune permet d'afficher un grand luxe et de jouer gros jeu. Les femmes y sont jolies, spirituelles, coquettes, rivalisant d'attraits et de talens enchanteurs; elles séduisent, captivent et font...
Page 102 - ... la maison; mais hélas! il est parti, la pluie a cessé et je sens que la sécheresse nous gagne. CÉLESTE. Tant mieux, mon ami, tant mieux; plus les affaires de nos maîtres sont mauvaises, plus les nôtres sont bonnes. HENRI. Profondément pensé, ma chère Céleste; tu es digne de porter mon nom. Dès que madame de Mondésir sera coulée à fond, nous nous emparons des débris du naufrage; nous quittons la condition de valets; je t'épouse, je loue sur le boulevard Italien un café...
Page 97 - ... réunion; là tous les rangs sont confondus, et le plaisir rapproche toutes les conditions. Là, tu verras l'homme d'État, prévoyant sa disgrâce, venir chercher des distractions et s'ennuyer au sein des plaisirs. Là, un gros capitaliste, embarrassé dans ses négociations, jaloux de dérober la situation de ses affaires à l'œil clairvoyant du public, affecte un air calme, et prodigue l'or à pleines mains pour recouvrer dans un salon le crédit qu'il a perdu sur la place; plus loin, tu...
Page 98 - De bonne foi, un spectateur cst-il tenu de partager les vices et les ridicules des persounages qu'il voit en scène ? En sortant de là , j'ai tout autant d'honneur que quand j'y suis entré, et un peu plus d'instruction. Le colonel Valsain , qui pense comme moi, y sera ce soir, et je ne trouverai jamais une occasion plus favorable pour te présenter à lui.... Figuretoi qu'il est amoureux...
Page 85 - Oh! monsieur d'Harcourt, j'espère bien vous faire revenir. (Haut.) A vous dire vrai, ma chère, je ne demanderais pas mieux que de passer la soirée chez vous, si cela dépendait de moi; mais....
Page 210 - Toi, tu as de l'esprit, de la fortuné, tout ce qu'il faut pour plaire; moi, je suis vif, gai , aimable : je te demande bien pardon si je dis du bien de moi ; mais , en fait, d'éloges , on n'est jamais mieux servi que par soi-même. Ne désespérons donc pas... Peutêtre un jour seras-tu forcé de dire : « C'est à » Monbray que je dois mon bonheur; depuis » long-tems je cherchais partout celle à qui » j'avais juré de consacrer ma vie, et mes » recherches étaient toujours restées sans suc
Page 131 - Sans doute, il le faut pour l'exemple. Tu ne saisis donc pas le but de la romance. C'est un conseil indirect que le colonel est censé donner à la femme qu'il aime.

Bibliographic information