Four Letters of Lord Wentworth: Afterwards Earl of Strafford, with a Poem on His Illness, Volume 31, Parts 1-9

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 34 - Carter was the first who broke the French line. He was struck by a splinter of one of his own yard-arms, and fell dying on the deck. He would not let go his sword. 'Fight the ship,' were his last words; ' fight the ship as long as she can swim.
Page 42 - things, and now in taking up Arms against you, for my taking up arms, it never was in my thoughts since the King dy'd ; the Prince and Princess of Orange will be wittness for me of the assurance I gave them, that I would never stir against you, but my misfortun was such, as to
Page 24 - Roi. Mais le succès n'en fut pas semblable. Je tremble au seul récit de la tempête furieuse dont sa flotte fut battue durant dix jours. Les matelots furent alarmés jusqu'à perdre l'esprit et quelques uns d'entre eux se précipitèrent dans les ondes. Elle, toujours intrépide autant que les vagues étoient émues,
Page 42 - have that to say to you, S r , that I hope may give you a long and happy Rain. I am sur, S r , when you hear me you will be convinced of [the] zeal I have for your preservation, and how hartily I repent of what I have done. I can say noe
Page 28 - le prochain et combien elle avoit d'aversion pour les discours empoisonnés de la médisance. Elle savoit de quel poids est non-seulement la moindre parole, mais le silence même des princes, et combien la médisance se donne d'empire quand elle a osé seulement paraître en leur auguste présence.
Page 43 - S r , I may live to show you how zealous I shall ever be for your service, and could I say but one word in this letter you would be convinced of it, but it is of that consequence that I dare not doe it;
Page 24 - qui faisoit tonte sa confiance, et, pour éloigner de leur esprit les funestes idées de la mort qui se présentoit de tous côtés, elle disoit avec un air de sérénité qui sembloit déjà ramener le calme,
Page 29 - en quelque façon pour divertir la compagnie. La douleur quasi-continuelle qui lui donnoit alors beaucoup de sérieux et de mépris pour la vie la rendoit à mon gré plus solide, plus sérieuse, et plus estimable qu'elle ne l'auroit peut-être été si elle avoit toujours eu du bonheur. Elle étoit naturellement libérale,
Page 20 - Elle eut une magnificence royale et l'on eut dit qu'elle perdoit ce qu'elle ne donnoit pas. Ses autres vertus n'ont pas été moins admirables. Fidèle dépositaire des plaintes et des secrets, elle disoit
Page 29 - aux spectateurs. Elle étoit agréable dans la société, honnête, douce et facile; vivant avec ceux qui avoient l'honneur de l'approcher, sans nulle façon. Son tempérament étoit tourné du côté de la gaieté ; et parmi les larmes s'il arrivoit de dire quelque chose de plaisant elle les