Gabrielle d'Estreés, marquise de Monceaux, duchesse de Beaufort

Front Cover
H. Champion, 1889 - France - 447 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 173 - de mes bons serviteurs et de mes pauvres peuples que j'aime comme mes chers enfants, je désire conférer avec vous de toutes ces choses avant que d'en rien résoudre. Partant venez me trouver en diligence, sans en rien dire à personne, ni donner aucune alarme. Faites seulement semblant de vouloir venir au presche à Ablon et, y ayant fait
Page 209 - de viandes les plus friandes et délicates (3), et qu'il sçavoit estre le plus selon son goust (ce que vous remarquerez avec vostre prudence, car la mienne n'est pas assez excellente pour présumer des choses dont il ne m'est pas apparu), elle s'en alla ouyr Ténèbres au petit
Page 142 - du ciel ! Les pauvres gens, pour avoir refusé une petite garnison que je leur ai voulu bailler, se sont perdus.... Puis songean.t un peu, dit : c'est assez faire le roy de France ; il est temps de faire le roy de Navarre ! Et se retournant vers
Page 203 - Mais par contre il n'a que de dures paroles pour celle-ci : « II faut que vous sachiez que, vous ayant principalement aymée, parce que je vous trouvois douce, gracieuse et d'humeur complaisante, sans estre testue ni acariâtre, si vous veniez ainsi à changer soudainement vous me feriez croire que tout cela n'estoit que
Page 184 - contribuer de tout ce qui serait en sa puissance pour accélérer la dissolution de son mariage. « Mais que, si c'étoit pour mettre en sa place une femme de si basse extraction et qui avoit desmené une vie si sale et si vilaine comme estoit celle dont
Page 10 - mieux une femme qui fist un peu l'amour, qu'une qui eut mauvaise teste, de quoy elle n'est pas soupçonnée, mais au contraire d'humeur fort douce et d'agréable et complaisante conversation et pour le surplus de bonne maison, belle, de grande taille et d'apparence d'avoir bientôt de beaux enfants. » On voit qu'Henri IV n'eût pas eu trop de répugnance à
Page 183 - de moy que le succès n'en soit tel que vous tesmoignez de le désirer, mettant à un si haut prix les vertus héroïques du roy et les moyens qui me seront présentés pour me faire trouver quelque part en ses bonnes grâces, que toutes sortes de conditions où il sera besoing de me soumettre me seront
Page 180 - reine (I, 279). Nous supprimons le début long et obscur : ',. « .... Or, vous dis-je tout ceci, Madame ma chère reine, afin que vous en ressouvenant vous ne mesprisiez point le' projet que je fais d'essayer à vous réconcilier sincèrement et de bonne foy l'un avec l'autre, et
Page 210 - fait revenir plustost qu'elle n'avoit délibéré au logis dudit sieur Zamet, auquel lieu, pendant qu'elle se promenoit dans le jardin, elle avoit esté surprise d'une grande apoplexie, qui, dès l'heure mesme, l'avoit pensé suffoquer, de laquelle estant un peu remise, elle n'avoit eu autre parole, sinon que
Page 173 - disposer de moy. Or, estant obligé, après le soin de mon salut, de penser aux ordres nécessaires pour assurer la succession à mes enfants, les faire régner heureusement, à l'avantage de ma femme, de mon

Bibliographic information