Gesammelte schriften

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 125 - Et vous , peuples si fiers du trépas de nos braves , Vous , les témoins de notre deuil , Ne croyez pas , dans votre orgueil , Que , pour être vaincus , les Français soient esclaves. Gardez-vous d'irriter nos vengeurs à venir...
Page 71 - Se serre sur son coeur et demeure immobile. Mais le vieux châtelain, pressant son coursier noir, (Et l'enfant dans ses bras,) regagne son manoir. Voilà les hautes tours et la porte propice. Le pont mouvant s'abaisse ; il entre ; et la nourrice Apporte sur le seuil un vacillant flambeau. Le père avec tendresse écarte son manteau. »Soyez donc plus discrète, il m'a durant la route, Isaure, entretenu des esprits qu'il redoute; II criait dans mes bras, mais maintenant il dort; Reprenez votre enfant...
Page 70 - Il croit voir il a vu, sous le bois nébuleux, Un de ces vains esprits, de ces antiques gnomes, Qui, railleurs et cruels, doux et flatteurs fantômes, Se plaisent à troubler le songe des pasteurs: Soit qu'ils poussent leur...
Page 70 - Un de ces vains esprits , de ces antiques gnomes , Qui , railleurs et cruels , doux et flatteurs fantômes , Se plaisent à troubler le songe des pasteurs : Soit qu'ils poussent leur...
Page 70 - Ou prêtent à la nuit des rayons imposteurs. Voilant de tous ses pas les rians artifices , Le monstre , au bord des précipices , Marche , sans les courber , sur la cime des fleurs . Et de sa robe aux sept couleurs (56) II a déployé les caprices.
Page 403 - Giace l'alta Cartago; a pena i segni de l'alte sue ruine il lido serba. Muoiono le città, muoiono i regni; copre i fasti e le pompe arena ed erba; e l'uom d'esser mortai par che si sdegni: oh nostra mente cupida e superba ! Giungon quinci a Biserta, e più lontano han l'isola de
Page 124 - L'étranger qui nous trompe écrase impunément La justice et la foi sous le glaive étouffées ; II ternit pour jamais sa splendeur d'un moment. 11 triomphe en barbare et brise nos trophées : Que cet orgueil est misérable et vain ! Croit-il anéantir tous nos titres de gloire ? On peut les effacer sur le marbre ou l'airain ; Qui les effacera du livre de l'histoire?
Page 70 - Qui passe donc si tard à travers la vallée? C'est un vieux châtelain qui, sur un coursier noir, Un enfant dans ses bras, suit la route isolée. Il se plaint de la nuit qui voile son manoir; Et l'enfant (ah! pourquoi troubler ces coeurs novices?) Se rappelle en tremblant ces récits fabuleux Qu'aux lueurs de la lampe, au vague effroi propices Le soir, près des foyers, racontent les nourrices.
Page 7 - Messieurs, de rectifier une petite erreur statistique qui s'est glissée dans votre bulletin musical d'aujourd'hui Vous parlez de l'opéra le Freyschutz de Maria de Weber, après avoir timidement demandé la permission à vos lecteurs, de vous occuper un peu de cette pauvre Allemagne. Ma patrie, grâce à la générosité française, n'est pas aussi pauvre, que le vieux mélomane paraît le croire. Vos soldats ne nous ont pris que notre argent, perte que nous...
Page 234 - Théocrite que Virgile a imités; traduites en Vers Français par Firmin Didot. Gravé, fondu et imprimé par le Traducteur.

Bibliographic information