Geschichte des geistigen Lebens in Deutschland von Leibnitz bis auf Lessing's Tod

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 321 - Laissez-nous donc en place comme » vous nous y avez trouvés; et ne forcez pas tout » le monde à varier, ni à mettre tout en dispute. » Laissez sur la terre quelques Chrétiens qui ne » rendent pas impossibles les décisions inviolables
Page 226 - ... déplaisant de faire parade auprès de ceux qui n'en ont pas moins de leur part. Ces façons servent à attirer de l'applaudissement des lecteurs entêtés ; et ce sont ces façons qui...
Page 122 - Un siècle philosophique va naître, où le souci de la vérité, gagnant au dehors des écoles, se répandra même parmi les politiques.
Page 461 - Monsieur, vous savez très bien le français, vous l'écrivez très bien, et moi je ne sais pas un mot d'allemand. Cependant je ne crois pas que ce succès de notre langue vienne tant de quelque grande perfection réelle qu'elle ait pardessus les autres, que de ce qu'on s'est fort appliqué à la cultiver, et de ce qu'on ya fait d'excellens livres en tout genre, qui ont forcé les étrangers à la savoir, surtout des ouvrages agréables.
Page 117 - Sociniens la croient être sans fondement; mais elle est toujours fondée dans un rapport de convenance, qui contente non seulement l'offensé, mais encore les sages qui la voient, comme une belle musique ou bien une bonne architecture contente les esprits bien faits.
Page 226 - ... cette fierté choquante, ces expressions de l'assurance où chacun est, en effet, mais dont il est inutile, et même déplaisant, de faire parade auprès de ceux qui n'en ont pas moins de leur part.
Page 322 - Rome, qu'on croyait88 peu instruits et peu soigneux du vrai christianisme, de fabriquer dans un coin des Alpes, d'une manière désapprouvée hautement par les hommes les plus graves de leur temps, des décisions qui doivent obliger toute l'Église, si nous les en voulons croire13.
Page 461 - Français, nous pourrions bien être trop prévenus en faveur de la nôtre, quoique la grande vogue qu'elle a dans toute l'Europe, nous justifie un peu. Nous avons l'avantage qu'on nous entend partout, et que nous n'entendons point les autres; car notre ignorance en ce sens-là devient une espèce de gloire. Par exemple, vous, Monsieur, vous savez très-bien le français, vous l'écrivez très-bien; et moi, je ne sais pas un mot d'allemand.
Page 71 - Imitons les vrais physiciens , qui amassent des expériences, et fondent ensuite sur elles un système qui les réduit en principes.
Page 317 - J'y accorderois les ornements, et je pardonnerois même les suppositions et pétitions de principe : c'est assez qu'on persuade. Mais quand il s'agit d'approfondir les choses, et de parvenir à la vérité , ne vaudroit-il pas mieux convenir d'une autre méthode, qui approche un peu de celle des géomètres, et ne prendre pour accordé que ce que l'adversaire accorde effectivement, ou ce qu'on peut dire déjà prouvé par un raisonnement exact.

Bibliographic information