Grammaire comparée des langues indo-européennes: comprenant le sanscrit, le zend, l'arménien, le grec, le latin, le lithuanien, l'ancien slave, le gothique et l'allemand, Volume 3

Front Cover
Imprimerie nationale, 1886 - Indo-European languages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page lv - vadma signifie « il nomme» et -vadinas « 51 se nornme •>; ivadínatc <• vous nommez » et wadlnates «vous vous nommez ». Du reste, quoique dans ces formes l'agglutination soit complète, le lithuanien sent encore la présence du pronom réfléchi, et il peut, dans certaines constructions, le placer avant le verbe. Le latin, qui a perdu également l'ancienne voix moyenne, semble l'avoir remplacée de la même manière. Le...
Page xxviii - Opéra, factis, contiliis reque eapse bene meritus (Festus , au mot reque). . — Eampseanum (Piaule, Aul. V, 7). 1 Voyez la théorie exposée par M. Fr. Meunier dans les Mémoires de la Société de linguistique de Paris, I, p. i 'i. s Aham, pour agham, se compose : 1° du thème démonstratif a; a...
Page lvi - Le grec legelai, le latin dicifur, l'italien dicesi nous montrent donc le langage exprimant trois fois, à bien des siècles de distance, le passif par le moyen. Les seuls idiomes qui soient parvenus à créer quelques formes appartenant en propre au passif sont le sanscrit et le grec; mas c'est par des caractéristiques insérées dans le corps du mot à la suite de la racine, et non par des désinences spéciales qu...
Page xv - ... sanscrit, latin, etc. Mais il n'est peut-être pas de répartitoire qui, dans son passage aux langues modernes, ait subi une plus grande transformation. « Les langues anciennes », dit Michel Bréal (1) « font du comparatif » un usage beaucoup plus étendu que nos idiomes modernes. Elles peu» vent l'employer toutes les fois qu'il s'agit d'exprimer une notion qui, » pour être complète, suppose un second terme : ainsi le comparatif est » de mise avec les mots signifiant droit et gauche,...
Page lvi - Notre famille de langues, qui a su se donner une voix réfléchie, et qui, l'ayant perdue, a su la remplacer par une autre de formation nouvelle, paraît avoir éprouvé beaucoup plus de difficulté à marquer le passif. C'est en empruntant les formes du moyen et en les confisquant à son profit que le passif a fini par trouver une expression. Même dans nos idiomes modernes, où le passif est habituellement marqué par un verbe auxiliaire et un participe, nous recourons encore souvent à la forme...
Page 348 - Le droit de seigneuriage, ou le revenu fondé sur la fabrication des monnaies, est-il nécessaire? est-il raisonnable? C'est une question qui mérite d'être examinée, et je ne puis que répéter, à cet égard, ce que j'ai dit dans mon ouvrage sur la monarchie prussienne. Doit-on , ou plutôt peut-on gagner sur la monnaie? Nous répondrons nettement que cette question est absurde, et que l'on ne saurait gagner sur la monnaie, quoique assurément on puisse voler sur elle.
Page 392 - ... n'a gardé que la seconde personne des deux nombres. Celle du pluriel est la mieux conservée; exemple : nfiutuyÇj* or»-aiê-q «chassez», dont le £ * s'explique très-probablement par le même principe que celui de ber-è-q «vous porte/
Page lv - Pagglutination du regime pronominal au verbe est un fait si naturel qu'en différents dialectes lettoslaves il n
Page vi - Ces faits sont exactement semblables à ceux que nous venons de citer en slave, et les grammairiens latins ou français qui les ont expliqués n'ont guère montré plus de sens historique que Dobrowsky. Une telle rencontre prouve clairement que nous sommes exposés à nous tromper sur la cause des faits les plus simples et que nous courons le risque d'imaginer les théories les plus chimériques, du moment que nous bornons notre vue à un seul idiome, pris à un seul moment de son existence.
Page 115 - PRÉTÉRIT PARFAIT DE L'INDICATIF. Quelques-uns pèchent à la première personne du singulier, et à la troisième personne du pluriel du prétérit parfait de l'indicatif, en disant yeu amey et hey amat; ou amiey...

Bibliographic information