Guerre au credit; ou, Considerations sur les dangers de l'emprunt.Ouvrage posthume de A.Bouron

Front Cover
Guillaumin et cie, 1868 - 430 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 184 - Parliament, and that it shall not be lawful for any body politic or corporate whatsoever, erected or to be erected, or for any other persons whatsoever, united or to be united, in covenants or partnership, exceeding the number of six persons in that part of Great Britain called England, to borrow, owe, or take up any sum or sums of money on their bills, or notes, payable at demand or at any less time than six months from the borrowing thereof...
Page 329 - Connaissez-vous comme moi l'homme auquel nous avons affaire, sa passion pour la représentation, pour les grandes entreprises, pour tout genre de dépenses? Voilà donc la carrière ouverte aux emprunts, par conséquent à des dépenses et à des impôts illimités ! Vous en répondrez à la nation et à la postérité.
Page 184 - England), or for any other persons whatsoever, ' united or to be united in covenants or partnership, exceeding the ' number of six persons, in that part of Great Britain called ' England, to borrow, owe, or take up any sum or sums of money ' on their bills or notes payable at demand, or at any less time ' than six months from the borrowing thereof.
Page 325 - Réduire les droits à la sortie sur les denrées et sur « les manufactures du royaume; diminuer aux entrées les « droits sur tout ce qui sert aux fabriques ; repousser, par « l'élévation des droits, les produits des manufactures étran
Page 86 - Ptolémaïs, que les Vénitiens possédaient déjà, on leur céderait en toute propriété, dans toutes les villes du royaume, une rue entière , avec un bain, un four, un marché et une église; que les marchandises qu'ils transporteraient en Asie seraient exemptes de tous droits; que les sujets de la république ne paieraient aucun impôt; qu'ils ne reconnaîtraient, dans leurs domaines, d'autre juridiction que celle de leurs magistrats, même quand ils auraient à plaider comme défendeurs contre...
Page 86 - Turcs pouvoient y paraître à leur tour , et l'Italie méridionale avoit vu dès le dixième siècle, des drapeaux musulmans, qui parurent sur la côte Illyrienne, seulement quelques siècles plus tard. Les Vénitiens transportèrent donc avec empressement, mais non cependant sans salaire, les croisés aux rivages de l'Asie ; ils se chargèrent du soin de les approvisionner; et, unissant le commerce à l'art militaire , ils rapportèrent à Venise les plus riches cargaisons, sur les mêmes flottes...
Page 338 - ... cipale ; et considérant qu'il falloit d'abord faire ces« ser le mal pour être ensuite à portée de faire le « bien, qui se fait presque de lui-même en matière « de commerce , lorsqu'il n'ya point d'obstacle « étranger qui en arrête ou qui en retarde le cours, «. nous avons regardé comme un des objets les plus « dignes de nos soins l'examen des moyens qui pour...
Page 282 - I, jusques à quinze millions sept cens « trente mil livres , mais qui pis fut encore , il laissa « en instruction et en pratique à ses successeurs , de « ne requerir plus le consentement des peuples pour « obtenir des secours et des assistances d'eux , ains « de les ordonner de pleine puissance et authorité « royale,. sans alleguer autre cause ny raison, que « celles de tel est nostre bon plaisir.
Page 329 - Faction d'un homme de bien ? croyez-vous que je ne susse pas comme vous qu'on pouvait trouver de l'argent à emprunter? Mais connaissez-vous comme moi l'homme auquel nous avons affaire, sa passion pour la représentation, pour les grandes entreprises, pour tout genre de dépenses? Voilà donc la carrière ouverte aux emprunts, par conséquent à des dépenses et à des impôts...
Page 190 - Ireland has sustained from the repeated failure of banks, maybe mainly attributed to this defective legislative regulation. Had the trade of banking been left as free in Ireland as it is in Scotland, the want of paper money that would have arisen with the progress of trade, would, in all probability, have been supplied by joint stock companies, supported with large capitals, and governed by wise and effectual rules.

Bibliographic information