Histoire de Charles-Édouard, dernier prince de la maison de Stuart: précédé d'une histoire de la rivalité de l'Angleterre et de l'Ecosse, Volume 2

Front Cover
Librairie D'Amyot, 1846 - Great Britain
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 389 - O palais, sois béni! soyez bénie, ô ruine! Qu'une auguste auréole à jamais t'illumine ! Devant tes noirs créneaux, pieux, nous nous courbons, Car le vieux roi de France a trouvé sous ton ombre Cette hospitalité mélancolique et sombre Qu'on reçoit et qu'on rend de Stuarts à Bourbons!
Page 412 - Un héros, que le sort n'est pas las d'éprouver ; Mais qui dans les horreurs d'une vie agitée,: Au sein de l'Angleterre à sa perte excitée, Abandonné des siens, fugitif, mis à prix, Se vit toujours du moins plus libre qu'à Paris ? De l'amitié des rois exemple mémorable, Et de leurs intérêts victime déplorable, Tu triomphes, cher prince, au milieu de tes fers ; Sur toi dans ce moment tous les yeux sont ouverts. Un peuple généreux et juge du mérite, Va révoquer l'arrêt d'une race proscrite....
Page 55 - ... pleinement convaincue que le sérénissime prince Edouard met sa confiance dans la bonne volonté des Anglais; qu'il regarde leurs libertés, le maintien de leurs lois et leur bonheur, comme le but de toutes ses entreprises, et qu'enfin les plus grands rois d'Angleterre sont ceux qui, élevés comme lui dans l'adversité, ont mérité l'amour de la nation.
Page 54 - Grande-Bretagne sans autre secours que son courage, et toutes ses actions lui ayant acquis l'admiration de l'Europe et les cœurs de tous les véritables Anglais, le roi de France a pensé comme eux. Il a cru de son devoir de secourir à la fois un prince digne du trône de ses ancêtres, et une nation généreuse dont la plus saine partie rappelle enfin le prince Charles Stuart dans sa patrie. Il n'envoie le duc de Richelieu à la tête de ses troupes que parce que les Anglais les mieux intentionnés...
Page 170 - And bade me, if I had a friend that loved her, I should but teach him how to tell my story, And that would woo her. Upon this hint I spake; She loved me for the dangers I had passed, And I loved her that she did pity them.
Page 412 - Etats tu ne peux conserver Un héros que le sort n'est pas las d'éprouver; Mais qui, dans les horreurs d'une vie agitée, Au sein de l'Angleterre à sa perte excitée, Abandonné des siens , fugitif, mis à prix , Se vit toujours du moins plus libre qu'à Paris? De l'amitié des rois exemple mémorable, Et de leurs intérêts victime déplorable, Tu triomphes , cher prince, au milieu de tes fers : Sur toi, dans ce moment, tous les yeux sont ouverts.
Page 55 - ... liées naturellement par les besoins mutuels de leur commerce, et qui doivent l'être ici par les intérêts d'un prince qui mérite les vœux de toutes les nations. Le duc de Richelieu, commandant les troupes de Sa Majesté le roi de France, adresse cette déclaration à tous les fidèles citoyens des trois royaumes de la Grande-Bretagne, et les assure de la protection constante du roi son maître. Il vient se joindre à l'héritier de leurs anciens rois, et répandre comme lui son sang pour...
Page 412 - Pour placer une femme au trône des Césars * ; Pour voir l'heureux Anglais, dominateur de l'onde, Voiturer dans ses ports tout l'or du nouveau monde, Et le fils de Stuart par vous-même appelé Aux frayeurs de Brunswick lâchement immolé ! ? Et toi *, que les flatteurs ont paré d'un vain titre, De l'Europe...
Page 59 - M. l'idiot a eues sous les yeux, ne respecte guère l'orthographe des noms de ses compagnons d'armes. à morlier du parlement d'Aix, frère du marquis d'Argens, était, comme celui-ci, plus amoureux de l'agitation des camps que des graves travaux de la jurisprudence. Il y avait dans cette tête provençale une passion d'aventures qui allait bien avec les hasards d'une mission...
Page 114 - Stamford et puis à Derby, j'ai entendu des gens sensés parler de louer une chaise de poste pour aller à Caxton ( sur la grande route ), afin de voir passer le prétendant et ses montagnards écossais ( i ).» L'arrivée des Ecossais à Derby fut connue à Londres le 5 décembre. La première pensée de la...

Bibliographic information