Herculanum et Pompéi: recueil général des peintures, bronzes, mosaïques, etc. découverts jusqu'à ce jour, et reproduits d'après Le antichita di Ercolano, Il Museo borbonico, et tous les ouvrages analogues; augmenté de sujets inédits, gravés au trait sur cuivre, Volume 2

Front Cover
F. Didot frères, fils et Cie., 1870 - Art, Roman
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 47 - Le même auteur, dans un autre passage, raconte le trait assez célèbre de Protogène , qui , rencontrant un jour de grandes difficultés dans une de ses peintures, appliqua fortement et avec dépit son pinceau contre l'endroit du tableau sur lequel il s'évertuait depuis longtemps, et aperçut, à son grand étonnement, que ce mouvement d'impatience avait produit ce qu'il avait cherché avec tant d'efforts; le pinceau est nommé, dans ce récit, éponge : Spongiam impegit inviso loco tabulée.
Page 42 - O l'amant indigné lava dans leur sang l'outrage qu'il avait reçu, et enfin Althée, fille de Thestius, et mère de Méléagre , vengea la mort de ses frères en jetant au feu le tison fatal , auquel était attachée l'existence de son fils (i). En admettant que ce tableau représente une scène relative à la chasse du sanglier de Calydon , on devra voir dans le personnage assis sur un trône, OEnée, roi des Calydoniens : il tient un sceptre dont la simplicité convient assez à un roi des temps...
Page 176 - S'il faut voir ici une critique des mœurs de l'époque, nous devrons penser que le peintre a ridiculisé la manie de l'imitation, qui est le caractère du singe (3). Enfin, comme les anciens s'occupaient beaucoup de la fable des Pygmées, qu'ils se donnaient beaucoup de mal, soit pour prouver leur existence, soit pour leur assigner un pays (4), et que les voyageurs se plaisaient alors à émerveiller par des récits exagérés et empreints de fausseté (5), on peut penser encore que le peintre a...
Page 47 - Nous savons qu'on y employait de ni. 7l la cire et des burins, dont la pointe était rougie au feu, et à l'aide desquels on traçait, peut-être sur le bois, les contours des figures. On suppose que dans les lignes ainsi creusées, on coulait de la cire colorée et fondue, et qu'ensuite on terminait avec le pinceau et des couleurs délayées d'après l'autre procédé.
Page 228 - C'est d'e là que nous vient le culte de Cybèle; ' » Par qui le soc apprit à vaincre un sol rebelle ; » De ses honneurs divins le mystère secret, » Que jamais ne dévoile un témoin indiscret; » Et de l'airain sacré la bruyante allégresse, » Et ces lions soumis qui traînent la déesse ; » Enfin du mont Ida le bois religieux : » Là nous attend le sort, là nous guident les dieux.
Page 176 - Cornclia, 5, de Injur.; ( 4) XXXV, 10. certains usages ou certaines habitudes de son siècle dont il a fait ici une critique que nous ne saisirons peut-être pas. Les caricaturistes anciens 'rapprochaient presque toujours leurs charges de la forme de quelque animal. Ainsi celle de Galien dans le médailloïi de Buonarotti (i) a de l'analogie avec le bouc, et celle du sophiste Varus (2), avec une cigogne.
Page 213 - La vignette représente un cerf poursuivi par un chien et un tigre qui vient vers le cerf. A quelque distance est une biche qui s'arrête indécise et timide. PLANCHE 69. Dans le milieu du tableau qui fait le sujet de cette planche est un autel carré, d'où s'élève la flamme du feu sacré. Sur le piédestal sont deux ibis de couleur blanche à l'exception de la tête, du cou, et de l'extrémité des ailes et de la queue, qui sont noirs. Il y avait aussi des ibis sauvages qui étaient tout noirs...
Page 9 - Pareil est son habit , pareil est son carquois ; Sa flèche semble attendre un habitant des bois ; Un souple brodequin compose sa chaussure; Au-dessus du genou , les nœuds de sa ceinture De ses légers habits serrent les plis mouvans , Et ses cheveux épars flottent au gré des vents.
Page 258 - ... des convives. Les spectacles , les cérémonies profanes , les cérémonies sacrées, la victime, le prêtre, les assistants, l'autel, le temple, tout cela nous envoie des émanations suaves qui charment et captivent notre odorat. Les amants ornent de fleurs les portes des maisons qu'habitent leurs maîtresses. Cette peinture que nous donnons ici est digne en tous points, et surtout pour le soin et le fini de l'exécution, de l'idée qui l'a inspirée. Des Génies des deux sexes, au nombre de...

Bibliographic information