Histoire d'Elisabeth, reine d'Angleterre, tirée des écrits originaux anglois, Volume 5

Front Cover
l'Auteur et Lagrange, 1788
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 500 - Ouvrage , fera remis dans le même état où l'approbation y aura été donnée , es mains de notre cher & féal Chevalier Garde des Sceaux de France , le Sieur HUE DE MIROMBNIL ; qu'il en fera enfuite remis deux exemplaires dans notre Bibliothèque publique , un dans celle de notre Château du Louvre...
Page 499 - A nos amés & féaux Confeillers les Gens tenans nos Cours de Parlement , Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel , grand Confeil , Prévôt de Paris , Baillifs , Sénéchaux , leurs Lieutenans Civils, & autres nos Jufticiers .qu'il appartiendra, SALUT.
Page 500 - Du contenu defquelles vous mandons & enjoignons de faire jouir ledit Expofant & fes ayants-caufe , pleinement & paifiblement , fans fouffrir qu'il leur foit fait aucun trouble ou empêchement.
Page 499 - A CES CAUSES , voulant favorablement traiter l'Expofant, nous lui avons permis & permettons, par ces Préfentes, de faire imprimer ledit Ouvrage...
Page 67 - ... grandement, tellement que, pour la détresse où il étoit, devint malade jusqu'à la mort. L'élu en Empereur le visita, et depuis, sur sa guérison, se traita un accord entre les députés d'icelui élu en Empereur et les ambassadeurs que Madame, mère dudit seigneur, y avoit envoyés à ces fins, par vertu du pouvoir que ledit seigneur Roi lui avoit laissé , de régir son royaume , quand il partit d'icelui pour passer les Monts, par lequel elle ne pouvoit obliger la personne dudit seigneur....
Page 75 - ... ma puissance , ce sont motz que oncques ne dis ; car jamais n'ay prétendu d'avoir vostre foy de non partir , mais bien celle de retourner en la forme traictée ; et si l'eussiez ainsi, n'eussiez failly à vos enfans ny à l'acquit de vostre honneur.
Page 433 - Mon bon cousin, celuy que j'ay le plus cher au monde, je vous dis « adieu estant preste par injuste jugement d'estre mise à mort telle que
Page 67 - Pavie , à nul desquels ne bailla sa foy : pensant que seroit , par la magnanimité de l'élu en Empereur, mieux traité en Espagne, autour de lui, qu'ailleurs , consentit y être mené ; ce que fut fait sur les galères qu'il fit armer à ces fins. Et , lui arrivé en Espagne , fut mis au château de Madrid , où a été nuit et jour gardé par gros nombre d'arquebusiers et autres , qui lui ennuyoit et fàchoit grandement , tellement que , pour la détresse où il étoit , devint malade jusqu'à...
Page 172 - Obando ne nous aurait pas laissés, pendant dix à douze mois, prêts à périr par une méchanceté aussi grande que nos malheurs. Ah ! que cette nouvelle infamie ne souille pas encore le nom castillan : et puissent les siècles futurs ne jamais savoir qu'il y eut dans celui-ci des misérables assez vils pour croire se faire un mérite auprès de Ferdinand, en détruisant l'infortuné Colomb, non pour ses crimes, mais pour avoir découvert...
Page 499 - LOUIS, par la grâce de Dieu , Roi de France & de Navarre : A nos âmes & féaux Confeillers , les Gens tenans nos Cours de Parlement , Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel, Grand Confeil, Prévôt de Paris, Baillifs, Sénéchaux, leurs Lieutenans Civils , & autres nos Jufticiers qu'il appartiendra ; SALUT.

Bibliographic information