Histoire de Madame Henriette d'Angleterre: premiere femme de Philippe de France, duc d'Orléans

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 69 - Roi avoit dit qu'il vouloit aller à Vaux, maison superbe de ce surintendant; et quoique la prudence dût l'empêcher de faire voir au Roi une chose qui...
Page 201 - Madame ait été empoisonnée, dont on ne pourra jamais désabuser celle-ci, ni tout le peuple. Comme cette princesse s'en est plainte plusieurs fois dans ses plus grandes douleurs, il ne faut pas s'étonner que cela fortifie le peuple dans la croyance qu'il en a. Toutes les fois que j'ai pris la liberté de la presser de me dire si elle...
Page 126 - Madame de Maintenon, pour divertir ses petites filles et le Roi, fit faire une comédie par Racine, le meilleur poète du temps, que l'on a tiré de sa poésie, où il était inimitable, pour en faire, à son malheur et celui de ceux qui ont le goût du théâtre, un historien très-imitable.
Page 217 - Si Madame a été empoisonnée, comme la plus grande partie du monde le croit, toute la France le regarde comme son empoisonneur et s'étonne avec raison que le roi de France ait si peu de considération pour le Roi notre maître que de lui permettre de revenir à la Cour, vu la manière insolente dont il en a toujours usé envers cette Princesse pendant sa vie.
Page 127 - Guiche l'avoit tellement ébloui qu'il avoit tout avoué au Roi. Madame fut fort en colère contre le comte de Guiche ; et, ayant un si juste sujet de rompre avec lui, et peut-être ayant d'ailleurs envie de le faire, elle lui écrivit une lettre pleine d'aigreur, et rompit avec lui, en lui défendant de jamais nommer son nom. Le comte de Guiche...
Page 172 - J'étois dans la ruelle, auprès de Monsieur ; et, quoique je le crusse fort incapable d'un pareil crime, un étonnement ordinaire à la malignité humaine me le fit observer avec attention. Il ne fut ni ému ni embarrassé de l'opinion de Madame ; il dit qu'il...
Page 122 - Corbinelli, sans lui avouer que c'étoit par lui que les propositions s'étoient faites , promit à Vardes que les lettres ne passeroient que par ses mains. Lorsque Marsillac avoit été chassé, Vardes, dont les intentions étoient déjà de brouiller entièrement le comte de Guiche avec Madame, avoit écrit au comte qu'elle avoit une galanterie avec Marsillac. Le comte de Guiche trouvant que ce que lui mandoit...
Page 61 - ... aucun éclat. Il fut emporté d'un coup de canon avec le lieutenant des gardes de M. du Maine, et deux soldats. Le soir, on ouvrit la tranchée devant la citadelle, et on commanda quatorze cents hommes pour le travail de la nuit. On poussa la tranchée jusqu'à trente toises de la contre-escarpe, et on commença à travailler à une batterie de quatorze pièces de canon.
Page 147 - Lausun s'étant vu refusé, ne voulut plus aller en Irlande , et trouva que ce voyage ne lui convenoit plus. On nomma Rosen pour y aller en qualité de lieutenant général. Les autres officiers que l'on y avoit envoyés, étoient Maumont , capitaine aux gardes , pour maréchal de camp ; Pusignan , colonel du régiment de Languedoc , pour brigadier d'infanterie ; Lesy-Girardin , brigadier de cavalerie , et Boeslo , capitaine aux gardes , pour major général.
Page 14 - On en pourra juger par ce que nous avons à dire : on le trouvera sans doute un des plus grands rois qui aient jamais été, un des plus honnêtes hommes de son royaume, et l'on...

Bibliographic information