Histoire de Versailles, Volume 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 55 - François Gamain, serrurier des cabinets et du laboratoire du ci-devant roi, et depuis trois ans membre du Conseil général de la commune de Versailles, expose que dans les premiers jours de mai 1792, il reçut l'ordre de se transporter à Paris. A peine y fut-il arrivé, que Capet lui ordonna de pratiquer une armoire dans l'épaisseur d'un des murs de son appartement, et de la fermer d'une porte de fer, opération qui ne fut achevée que le 22 du même mois, et à laquelle il a procédé en sa...
Page 53 - Elles étaient dans un lieu si particulier, si secret, que si la seule personne de Paris qui en avait connaissance ne l'eût indiqué, il eût été impossible de les découvrir. Elles étaient derrière un panneau de lambris, dans un trou pratiqué dans le mur et fermé par une porte de fer. C'est l'ouvrier qui l'avait fait qui m'en a fait la déclaration.
Page 72 - Lorsque j'allais me retirer, la reine entra tout à « coup par la porte masquée qui se trouvait au pied du « lit du roi; elle tenait à la main une assiette, chargée « d'une brioche et d'un verre de vin : elle s'avança « vers moi, qui la saluai avec étonnement, parce que « Louis XVI m'avait assuré que la reine ignorait la fa
Page 8 - Clagny : il a ramassé pour plus de deux mille écus de toutes les tourterelles les plus passionnées, de toutes les truies les plus grasses, de toutes les vaches les plus pleines, de tous les moutons les plus frisés, de tous les oisons les plus oisons, et fit hier...
Page 57 - Gamain, serrurier de Versailles; « je viens en leur nom remplir l'obligation que vous leur « avez imposée. « C'est à la tribune de la liberté que doivent retentir « les crimes des oppresseurs du genre humain. Pour « peindre un roi dans toute sa laideur, je n'aurai re...
Page 57 - C'est de la tribune d'où est parti l'arrêt de mort du tyran que doivent partir aussi les remèdes aux maux qu'il a faits, le soulagement des victimes de son atrocité. • • » Voici le projet de décret que vos comités m'ont chargé de vous présenter. » La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de ses comités des secours publics et de liquidation, décrète :
Page 57 - Ses premiers jeux furent des jeux de sang, et sa brutalité croissant avec son âge, il se délectait à l'assouvir sur tous les animaux qu'il rencontrait. On sait le parti qu'il a tiré d'un tel apprentissage ; on sait combien les pages de la révolution ont été rougies du sang versé par ses mains homicides, mais on avait ignoré le dernier procédé de sa barbarie. On le connaissait cruel, traître et assassin. L'objet de ce rapport est de le montrer à la France entière, présentant de sangfroid...
Page 72 - C'est qu'il faut préparer la scène qui va suivre : « Lorsque j'allais me retirer, la reine entra tout à coup par la porte masquée qui se trouvait au pied du lit du roi ; elle tenait à la main une assiette, chargée d'une brioche et d'un verre de vin : elle s'avança vers moi, qui la saluai avec étonnement, parce que Louis XVI m'avait assuré que la reine ignorait la fabrication de l'armoire.
Page 7 - Nôtre l ; il a laissé un petit bois sombre qui fait fort bien ; il ya un bois entier d'orangers dans de grandes caisses ; on s'y promène ; ce sont des allées où l'on est à l'ombre; et , pour cacher les caisses , il ya , des deux côtés , des palissades à hauteur d'appui...
Page 68 - Pendant que j'étais seul, je remarquai une porte de fer nouvellement forgée, une serrure bénarde. exécutée fort habilement en apparence, et une petite cassette toute en fer, avec un ressort caché que je ne pus découvrir au premier coup d'œil. Sur ces entrefaites, Durey revint avec le roi. — « Eh bien ! mon pauvre Gamain, » dit Louis X"VI, en me touchant l'épaule et souriant avec bienveillance, « voilà longtemps que nous ne nous sommes vus ? — Oui, Sire, re...

Bibliographic information