Histoire de la guerre de Flandre, Volume 3

Front Cover
Au Palais, par la Compagnie de Libraires Associez, 1675 - Netherlands - 619 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 548 - Roy de France & de Navarre : A nos amez & féaux Confeillers les Gens tenans nos Cours de Parlement , Maîtres des Requêtes...
Page 13 - Angleterre, au- * tant en Afrique , & qu'il avoit traverfé onze fois la mer. Il parla des guerres, des paix, des alliances qu'il avoit faites, & expofa ces chofes avec plus d'ordre Se de magnificence que de préfomption <fe d'orgueil.
Page 549 - ... dont un tiers à Nous , un tiers à l'HôtclDieu de Paris, & l'autre tiers audit Expofant, ou à celui qui aura droit de lui...
Page 415 - ... la sorte à la gouvernante, pour rassurer son esprit, comme lui voulant dire qu'elle ne devoit rien appréhender de ces hommes de néant; que, pour lui, il recevoit librement ce nom, quelque honte qu'il y eût, et qu'il ne se soucioit pas de devenir gueux et mendiant en effet pour la cause du Roi et de la patrie. Ce rapport mit en colère le comte de Culembourg et tous les autres, qui n'avoient pas été présens , ou qui n'avoient pas entendu les paroles du comte de Barlemont. Toulesfois, ils...
Page 391 - ... affront à des Gentils-hommes que de ne vouloir pas leur permettre de prefenter une Requefte , ce qu'on ne rcfufe pas au moindre du peuple. Le Comte d'Eg- su celle mont difoit prc{que les mefmcs cho- fu£j™~ fes,mais il dîtoit principalement que mom.
Page 345 - Flandre étoit travaillée ; qu'afin de pourvoir en quelque forteàfesbelbins, il lui envoyoit partie en argent comptant, partie en lettres de change , foixante mille écus pour les troupes ordinaires , deux cens mille pour les garnifons , 8c cent cinquante mille pour les gages des magiftrats, Se l'adminiftration des provinces.
Page 93 - ... la condition d'une femme, mais elle avoit encore un port et une démarche qui ne faisoient pas tant juger que c'étoit une femme avec le courage d'un homme, qu'un homme avec les habits d'une femme. Elle étoit si forte et si vigoureuse que, quand on chassoit le cerf, elle avoit accoutumé de relayer d'autant de chevaux que les plus robustes chasseurs.
Page 451 - Il defcendit au palais , & commença dès la 1566. m£me nujt à traiter avec le magiftrat des moyens de retenir le peuple dans fon devoir, & de diffiper ces affemblées féditieufes.
Page 13 - Efpagne , fcpt en Italie, quatre en France , dix aux Païs-bas, deux en Angleterre , autant en Affrique , & qu'il avoit traverfé onze fois la Mer.
Page 62 - ... envieux les uns des autres , n'y ayant pas une de ces Provinces qui youluft céder à l'autres , & paflèr fbus d'autres Loix, comme meilleures que les fiennes.C'eft Pour.

Bibliographic information