Histoire des Etats-Unis: 1620-1789, Volume 1

Front Cover
1867
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 240 - Bruxelles en 1779. le droit d'administrer ses propres affaires ; droit que nous ne disons pas qui fasse partie de la constitution primitive du royaume, car il remonte bien plus haut; c'est le droit naturel, c'est le droit de la raison. Cependant il a été enlevé à vos sujets, sire, et nous ne craindrons pas de dire que l'administration est tombée à cet égard dans des excès qu'on peut nommer puérils.
Page 221 - C'est le droit à tout ce qui est bien, à tout ce qui est beau, à tout ce qui est juste, mais rien de plus, et par conséquent on admet une intervention de l'État plus grande que nous ne l'imaginerions au premier abord. Ajoutez que, comme la morale publique a été réglée par la religion, l'opinion la soutient plus encore que la loi. Enfreindre la loi n'est pas seulement un délit, c'est un sacrilége ; l'homme immoral, ou dont la conduite est peu ordonnée, est considéré comme un impie. De...
Page xvii - Dumas, vous étiez de ces imbéciles qui croyaient à la liberté? — Oui, sire, j'étais et je suis encore de ceux-là. — Et vous avez travaillé à la révolution comme les autres, par ambition? — Non, sire, et j'aurais bien mal calculé, car je suis précisément au même point où j'étais en 1790. — Vous ne vous êtes pas bien rendu compte de vos motifs: vous ne pouvez pas être différent des autres : l'intérêt personnel est toujours là. Tenez, voyez Masséna : il a acquis assez de...
Page 465 - Soit que vous, Monsieur, entrepreniez de donner une histoire générale, ou simplement des remarques et observations semblables à celles que vous avez données sur les Grecs et les Romains, vous produirez un ouvrage extrêmement intéressant et instructif pour la morale, la politique, la législation, et je me ferais un honneur et un plaisir de vous fournir tous les petits secours qui seront en mon pouvoir pour la facilité de vos recherches.
Page 134 - Et, en vertu du dit acte, nous ferons et établirons telles justes et équitables lois, telles ordonnances, actes, constitutions, et tels officiers qu'il nous conviendra, suivant que nous le jugerons opportun et utile pour le bien général de la colonie. Moyennant quoi, nous promettons toute due 'soumission et obéissance. En foi de quoi nous avons signé, au cap Cod, le U novembre, anno Domini 1620 (vieux style).
Page xvii - Non, sire, et j'aurais bien mal calculé, car je suis précisément au même point où j'étais en 1790. — Vous ne vous êtes pas bien rendu compte de vos motifs: vous ne pouvez pas être différent des autres : l'intérêt personnel est toujours là. Tenez, voyez Masséna : il a acquis assez de gloire et d'honneurs: il n'est pas content: il veut être prince, comme Murât et Bernadette.
Page 49 - Non, ajoutait M. de Vergennes, l'Angleterre ne saurait se faire un titre des découvertes de ce navigateur, puisque tous les historiens s'accordent sur son compte, et assurent qu'il ne débarqua, dans son voyage, nulle part sur le continent, et qu'il ne fit qu'apercevoir les côtes de Terre-Neuve. « Je ne puis m'empêcher de comparer les prétentions de l'Angleterre à celles d'un voyageur qui, dans sa route, aurait aperçu une bourse sans se donner la peine de la ramasser, et qui, apprenant ensuite...
Page 104 - ... corrompent l'autre , dégradent la morale politique, infectent la morale sociale et dévorent l'espèce humaine. Le système colonial, l'esclavage, les haines de l'avarice qu'on appelle haines nationales, les guerres de l'avarice qu'on appelle guerres de commerce, ont fait sortir de cette...
Page 141 - Ils exercent maintenant leur influence au delà de ses limites sur tout le monde américain. La civilisation de la Nouvelle-Angleterre a été comme ces feux allumés sur les hauteurs, qui, après avoir répandu la chaleur autour d'eux, teignent encore de leurs clartés les derniers confins de l'horizon.
Page 331 - ... trop faible pour maintenir sa position, satisfait de sa vengeance, il se rembarqua pour la France, après avoir pendu ses prisonniers aux arbres mêmes où l'on avait étranglé les Français, et mis au-dessus de leur tête l'inscription suivante gravée avec un fer chaud sur une planche de sapin : Je ne fay cecy comme à Espagnols ny comme à mariniers, mais comme à traîtres, voleurs et meurtriers. Cette expédition n'eut point de suites. Le roi désavoua le brave capitaine qui l'avait vengé,...

Bibliographic information