Histoire des guerres d'Italia, tr. [by - Favre, revised by - Georgeon].

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 97 - République l'avoit chargé quelques mois auparavant , furprit d'autant plus , qu'on ne pouvoit s'imaginer qu'il eût eu cette audace , s'il ne fe fût fenti en état de la foutenir: elle lui réulfit fur le champ ; car ayant été rappelle , il obtint des conditions plus modérées.
Page 501 - ... Espagnols, campés près de Sessa, ne souffraient pas moins que les Français ; mais l'ordre et la discipline régnaient parmi eux, et l'exemple du grand capitaine, qui partageait toutes leurs misères, leur donnait l'énergie de tout endurer. « J'aime mieux perdre ici la vie », avait dit Gonsalve, « que de reculer de quelques pas pour la prolonger de cent ans ». La nature des deux armées justifiait la résolution de Gonsalve ; l'infanterie, qui faisait la principale force des Espagnols,...
Page 295 - ... plutôt que celle de la vérité , avoit vaincu fa complexion foible & délicate. Ils excufoient même cette foiblefle par l'exemple du Prince des Apôtres , qui fans être en prifon , fans être appliqué à la torture, avoit, fur de fimples difcours de fervantes & de valets , renié plufiéurs fois fon Maître , dont il avoit "entendu les divines inftruciions, & vû des miracles fans nombre.
Page 143 - François furent revêtus de prefque toutes les charges , & enrichis des dépouilles de beaucoup de gens : enfin la plus grande partie des terres du Domaine fut aliénée , la plupart en faveur des François.
Page 458 - Louis lui avait donné pour sûreté sa parole royale, on avait envoyé en Flandre quelques seigneurs pour y demeurer en otages jusqu'à ce qu'il y fût arrivé ; mais à peine fut-il entré en France que, pour marquer une entière confiance au roi, ri ordonna de les renvoyer.
Page 294 - Commiffàires délégués par le Pape, Savonarole & les deux autres Moines furent dégradés des ordres facrés , & livrés aux Juges féculiers, qui les condamnerent à être pendus & brûlés. On vit à leur dégradation & à leur fupplice une auffi grande affluence , qu'il y en avoit eu au même endroit pour voir l'épreuve du feu. Il mourut avec confiance , mais fans rien dire qui pût Faire juger s'il étoit innocent ou coupable. Ainfi fa...
Page 2 - ... sont comptables à la félicité publique. Mais il est nécessaire d'exposer d'abord l'état où l'Italie se trouvait avant ces mouvements, et d'en développer la cause. L'Italie était heureuse et tranquille, lorsque la guerre vint troubler son repos ; cette situation douce la rendit plus sensible aux malheurs qu'elle éprouva d'abord. En effet, depuis mille ans que l'empire romain, affaibli surtout par la corruption des mœurs, avait commencé à déchoir de ce haut point de grandeur où des...
Page 97 - Charles, à une conférence où un secretaire du roi ' faisait la lecture des conditions que ce prince proposait comme sa dernière résolution, il arracha brusquement le papier des mains du secrétaire, le déchira aux yeux du roi, et élevant la voix : « Eh bien ! ditil, faites battre le tambour, et nous, nous sonnerons nos cloches ; voilà ma réponse à de pareilles propositions.
Page 133 - Jérôme avait là ses orateurs comme dans les réunions populaires ; mais les avis des arrabbiati l'eussent emporté si, dit Guichardin, « Savonarole « n'eût pas fait intervenir l'autorité de Dieu dans les » délibérations des hommes... Il se mit à déclamer en » public contre la forme de gouvernement arrêtée dans » le parlement, et à prêcher avec un ton d'homme ins...
Page 293 - Gtûchardin rapporte fent un homme qui menage la réputation des malheureux. [Savonarole, dit-il,fut appliqué à la queftion, qui ne fut pas bien rigoureufe , & fon interrogatoire fut rendu public. Après avoir O) Burchard in Diatio, p.

Bibliographic information