Histoire des revolutions arrivées dans le gouvernement de la république romaine: Par M. l'Abbé de Vertot ...

Front Cover
Chez Barois, 1727 - Rome
 

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 329 - ... le prix, mais qui fait plus d'honneur à la mémoire de ce vertueux Romain, que tous ces titres pompeux dont on décore, tous les jours, les terres de ces hommes nouveaux , qui ne se sont enrichis que par des brigandages , et dont les noms ne seront, peut-être, connus dans la postérité, que par les calamités , que leur avarice a causées dans le pays où ils ont fait la guerre.
Page 26 - ... accablés de dettes , et qui ne pouvoient trouver de sûreté que dans les troubles de l'état. Mais ce qui étoit encore plus déplorable, c'est qu'on vit bientôt à la suite de...
Page 232 - Fabius, irrités d'une réponse si fière, dissimulèrent leur ressentiment; et, sous prétexte de vouloir en qualité de médiateurs conférer avec les magistrats de Clusium , ils demandèrent à entrer dans la place. Mais ils ne furent pas
Page 197 - ... celles des pauvres Plébéiens , demeuroient en friche. De là étoient venus les emprunts , les ufures multipliées par les intérêts , & enfuite les plaintes & les féditions du Peuple. Le Sénat , pour...
Page 69 - Virginius sous quelque prétexte ; et du moins de ne lui point donner congé de revenir à Rome. Il se flattoit que , faute de comparoître dans le temps marqué, il seroit alors autorisé à remettre sa fille entre les mains de Claudius ; mais son courrier arriva trop tard au camp.
Page 180 - Mécilius et son collégue, outrés de voir sortir l'opposition de leur propre tribunal et de leur collège, traitèrent leurs collègues de traîtres, d'ennemis du peuple, et d'esclaves du sénat. Mais malgré toutes ces injures, comme il ne falloit que...
Page 333 - Carthaginois ayant pendant ce temps-là perdu des batailles considérables par terre et par mer, ils tirèrent Régulus de sa prison pour l'envoyer à Rome ménager la paix, ou du moins l'échange des prisonniers. Les magistrats , avant que de le faire embarquer tirèrent de lui parole , que s'il ne pouvoit rien obtenir des Romains il reviendroit à Carthage reprendre ses fers : on lui fit même entendre que sa vie dépendent du succès de sa négociation. Il ne tint pas au sénat que la paix ne...
Page 169 - Sempronius, répondit au tribun qu'il n'appartenoit point à un simple officier dejuger de la capacité de son général, et que le peuple en avoit décidé en le créant consul. Qu'il l'avoit vu combattre à la tête des légions avec un courage invincible, et se porter dans tous les endroits où le péril étoit le plus grand ; que l...
Page 167 - Tempanius , qui ne doutoit pas que les ennemis ne l'attaquassent , de nouveau , dès que les ténèbres seroient dissipées (i) fut bien surpris, lorsqu'au point du jour il ne vit plus ni amis, ni ennemis. Il ne pouvoit comprendre ce qu'étoient devenues deux grandes armées , qui , peu d'heures auparavant, occupoient toute la plaine.
Page 173 - ... voyant que depuis les conquêtes et l'agrandissement de la république, ces deux officiers ne suffisoient pas pour remplir toutes leurs obligations, proposèrent d'en augmenter le nombre , et d'ajouter aux deux premiers questeurs, qui ne sortoient point de Rome, deux autres qui suivissent les consuls et les généraux à l'armée pour tenir compte des dépouilles des ennemis, pour vendre le butin , et surtout pour prendre soin des vivres et de la subsistance de l'armée. Le sénat et le...

Bibliographic information