Histoire des temps modernes depuis 1453 jusqu'à 1789

Front Cover
L. Hachette & Cie., 1868 - History, Modern - 573 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 549 - Tout ce que je vois jette les semences d'une révolution qui arrivera immanquablement, et dont je n'aurai pas le plaisir d'être témoin. Les Français arrivent tard à tout, mais enfin ils arrivent. La lumière s'est tellement répandue de proche en proche qu'on éclatera à la première occasion, et alors ce sera un beau tapage. Les jeunes gens sont bien heureux ; ils verront de belles choses.
Page 408 - Sévigné , la première personne de son siècle pour le style épistolaire, et surtout pour conter des bagatelles avec grâce , croit toujours que Racine n'ira pas loin. Elle en jugeait comme du café , dont elle dit qu'on se désabusera bientôt . Il faut du temps pour que les réputations mûrissent.
Page 404 - Toutes les sortes d'éloquence y sont renfermées. Il n'ya pas un seul mot qui, depuis cent ans, se soit ressenti du changement qui altère souvent les langues vivantes. Il faut rapporter à cet ouvrage l'époque de la fixation du langage.
Page 409 - ... des femmes savantes, de la robe et du latin des médecins ; Molière fut, si on ose le dire, un législateur des bienséances du monde. Je ne parle ici que de ce service rendu à son siècle : on sait assez ses autres mérites.
Page 406 - Fénelon, le disciple, l'ami de Bossuet, et depuis devenu malgré lui son rival et son ennemi, composa ce livre singulier, qui tient à la fois du roman et du poème, et qui substitue une prose cadencée à la versification.
Page 459 - Chevert resta dans la ville avec les blessés et les malades. On le somma de se rendre à discrétion: « Dites à votre général que, s'il ne m'accorde pas les honneurs de la guerre, je mets le feu aux quatre coins de Prague et je m'ensevelis sous ses ruines.
Page 549 - ... c'est une vieille machine délabrée qui va encore de l'ancien branle qu'on lui a donné , et qui achèvera de se briser au premier choc.
Page 285 - Miron, il est à craindre que le désespoir ne fasse connaître au peuple que le soldat n'est autre chose qu'un paysan portant les armes, et que quand le vigneron aura pris l'arquebuse, d'enclume qu'il est, il ne devienne marteau.
Page 280 - Je veux bien disaitil! que la langue espagnole demeure à l'Espagnol, l'allemande à l'Allemand, mais toute la française doit être à moi.
Page 238 - France , et n'ayant failly le timonier au commandement qu'elle luy avoit faict, elle se leva sur son lict et se mit à contempler la France encore et tant qu'elle put.... adonc redoubla encore ces mots, Adieu, France! adieu, France! je pense ne vous voir jamais plus'.

Bibliographic information