Histoire du siège de Lyon, des événemens qui l'ont précédé et des désastres qui l'ont suivi [by A. Guillon].

Front Cover
1797
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 186 - ... remplir. Qui de vous, citoyens, à la place de vos collègues, n'eût pas voulu tenir la foudre pour anéantir tous ces traîtres d'un seul coup? Qui de vous n'eût pas voulu donner à la faux de la mort un tel mouvement qu'elle pût les moissonner tous à la fois?
Page 188 - Nous n'avons qu'une manière de célébrer la victoire : nous envoyons ce soir deux cent treize rebelles sous le feu de la foudre.
Page 213 - Rhône, pour stimuler leur énergie, résumait ainsi leurs droits et leurs devoirs : « Tout est permis à ceux qui agissent dans le sens de la Révolution. Le désir d'une vengeance légitime devient un besoin impérieux. Citoyens, il faut que tous ceux qui ont concouru directement ou indirectement à la rébellion portent la tète sur l'échafaud.
Page 94 - ... cité. Les unes préparoient des vivres, et les leur portoient dans les casernes, et même dans les redoutes, à travers les boulets , les obus et les balles de l'ennemi ; les autres passoient leur temps à prodiguer des soulagemens aux malades, elles pansoient leurs plaies, elles consoloient (l) Ces détails, tout extraordinaires qu'ils paroissent, ont pour garant, les anciens militaires à qui l'inspection des hôpitaux étoit confiée. L'un d'eux, qui avoit vu les blessés des glorieuses campagnes...
Page 188 - Soyons terribles, pour ne pas craindre de devenir faibles ou cruels ; anéantissons dans notre colère et d'un seul coup tous les rebelles, tous les conspirateurs, tous les traîtres, pour nous épargner la douleur, le long supplice de les punir en rois. Exerçons la justice à l'exemple de la nature, vengeons-nous en peuple ; frappons comme la foudre, et que la cendre même de nos ennemis disparaisse du sol de la liberté.
Page 162 - Leurs mains étaient liées derrière le dos , par une corde qu'on attache à un cable fixé à chacun des arbres d'une longue rangée de saules ; ils ont en face les soldats qui vont les fusiller , et deux" canons prêts à vomir la mort contre eux.
Page 181 - grande commune a mérité l'indignation nationale : mais «qu'avec l'aveu de ses égarements, vous parvienne aussi « l'expression de ses douleurs et de son' repentir ! Ce repentir « est vrai, profond, unanime; il a devancé le moment de la « chute des traîtres qui nous ont égarés. » Mais toute cette phraséologie obligée de peuple magnanime et de traîtres n'était qu'une précaution oratoire pour...
Page 95 - L'emploi qu'on faisoit de tons les bras , ne laissoitpas seulement les enfans, spectateurs oisifs on tremblans. Suppléant à la pénurie des boulets , ils couroient après ceux que l'ennemi lançoit, pour les apporter aux canonniers lyonnois , qui les lui renvoyoient. Les malveillans reconnus, étoient condamnés aux travaux des redoutes, ainsi qu'aux transports de l'artillerie. C'étoit par cette admi•rable répartition des facultés de tous , comme par l'ardeur infatigable des combattans , que...
Page 113 - ... et l'on vit à leur tête, plusieurs de leurs municipaux de ce temps-là. Ceuxlà seuls , en qui des habitudes religieuses et morales avoient conservé des sentimens humains , s'épargnerenr le tort de la complicité; mais peu 4 et très-peu, eurent le courage de secourir...
Page 73 - » sur lui-même, sur la justice de sa cause, et il »»périra tout entier plutôt que de livrer sa cité à »» l'exécution des décrets de sang et de pillage , »» que les suppositions d'une rebellion ont fait »» lancer contre elle. — Les maux qu'il a souf»» ferts, ne lui laissent pas de doute sur ceux qu'il »

Bibliographic information