Histoire du siege de Lyon: des événements qui l'ont prédédé et des désastres qui l'ont suivi, ainsi que de leurs causes secretes, générales et particulieres; (Depuis 1789 jusqu'en 1796) Accompagnée d'un plan oú sont indiqués les actions principales, les batteries des combattans, les lieux incendiés et les édifices démolis, Volumes 1-2

Front Cover
Le Clere, 1797 - France
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 139 - Quantité de bons citoyens furent désarmés et privés du drok d'élire; beaucoup d'autres furent mis en fuite par les dénonciations suggérées contre eux. Quiconque avoit paru aux assemblées permanentes, ou à l'arsenal, étoit formellement proscrit. On incarcéroit quiconque étoit accusé d'avoir pris part, et même d'avoir applaudi à la dévastation du club. Les vastes caves de l'hôtel-de-ville furent de nouveau comblées de citoyens; les clubistes restant par-là maîtres de la nomination,...
Page 192 - ... la place des Terreaux, la cavalerie et l'artillerie qui sont à sa disposition. Elle charge du commandement de sa défense , un nommé Ledoyen , "adjudant de l'armée des Alpes : avec la précaution de retenir l'inepte commandant Juillard , pour se servir du pouvoir légal...
Page 200 - Là, se trouvoit en face , Riard avec sa troupe et du canon. IL fait un signe de pacification, et venant seul au devant des citoyens , il les porte à s'approcher pour l'entendre. Le premier qui se présente , est tué d'un coup de fusil, commandé par Riard , qui se jette à l'instant dans l'embrasure d'une porte, en donnant , avec son chapeau , le signal à sa troupe. Son canon , chargé à mitraille part aussi-tôt; un feu roulant de mousquetterie l'accompagne : des fusillades partent en même-temps...
Page 115 - Anglais désire la destruction, l'asile de l'humanité, l'édifice consacré à l'instruction publique. La charrue doit passer sur tout le reste. Le nom de Lyon ne doit plus exister; vous l'appellerez Ville affranchie, et sur les ruines de cette infâme cité, il sera élevé un monument qui fera l'honneur de la Convention et qui attestera le crime et la punition des ennemis de la liberté. Ce seul mot dira tout : « Lyon fit la guerre à la liberté ; Lyon n'est plus.
Page 149 - Je garde vos signatures; vous ré»» pondrez sur vos têtes des troubles qui arrive»»ront(i) »»; et aussi-tôt il en donna copie à Challier qui, ravi d'avoir des victimes marquées par la main même du boucher Legendre, courut au club central, en s'écriant, dans l'ivresse d'une joie barbare : « Nous les tenons; j'ai tous leurs »» noms : au premier mouvement, il faut qu'ils »
Page 179 - Dites un mot, et de toutes parts sortiront de nos murs des hommes semblables à vous. « Pères de la patrie , écoutez une section du peuple humiliée et repentante qui , courbée devant la majesté du peuple , lui demande grâce , non pas pour le crime , car ses auteurs et...
Page 24 - Le pillage que les factieux avoient voulu, se faisoit ; ils étoient contens. ,mot nouveau d'injure, qui devint, comme il arrive dans toutes les révolutions, le titre de gloire et de ralliement du parti auquel ses ennemis le donnent. Comme les soldats de cette...
Page 220 - Alpes , ti de prendre, pour l'exécution de sa »»volonté, tous les moyens de force nécessaires»»; et en même-temps elle rendit tous les dépositaires de l'autorité publique à Lyon , responsables individuellement sur leurs têtes , des atteintes qui pourraient être portées à la sûreté des scélérats, mis en jugement. La justice lyonnoise ne sut pas mollir devant ces menaces protectrices du crime.
Page 217 - Tout appelloit un châtiment sévère contre des monstres dont les délits crioient si hautement vengeance , et dont l'existence prolongée sembloit une trop extrême calamité. Néanmoins , observateurs scrupuleux de toutes les formes qui sont propices aux accusés , les juges lyonnois , craignant de céder à d'autre impulsion qu'à celle de la justice, tinrent son glaive suspendu jusqu'à ce que , par l'accumulation des preuves, ils fussent assurés que c'étoit, non la passion, mais la loi même...

Bibliographic information