Histoire générale de l'empire du Mogol depuis sa fondation: sur les mémoires portugais de M. Manouchi, vénitien

Front Cover
Chez Guillaume de Voys, marchand lbraire ... ., 1708 - Mogul Empire - 380 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 367 - Domaine, qu'on tire seulement des fruits de la terre, le casuel de l'Empire est une autre source de richesses pour l'Empereur. 1°. On exige tous les ans un tribut par tête de tous les Indiens idolâtres. Comme la mort, les voyages, & les fuites de ces anciens habitans de l'Indoustan, en rendent le nombre incertain, on le diminue beaucoup à l'Empereur.
Page 368 - Mahométans qui font à fa folde. Tous les meubles , tout l'argent & tous les effets de celui qui meurt , appartiennent de droit à l'Empereur.
Page 364 - C'est donc dans les trésors du prince, que tout ce qui se transporte d'argent aux Indes , par le commerce, vient fondre à la fin. Ce qu'il en reste, après avoir acquitté tous les frais de l'Empire, n'en sort guère que dans les plus pressans besoins de l'état.
Page 370 - ... quelquefois du plus bas rang de la milice ou de la plus vile populace ; alors tout le poids du gouvernement retombe sur les deux secrétaires d'état.
Page 135 - Nourrices muettes, aufquelJes on donna un Portier muet comme elles. Le Portier avoit défence , fous peine de la vie, d'ouvrir jamais les portes du Château. Quand les Enfans eurent atteint l'âge de douze ans, Akebar les fit venir en fa préfence.
Page 370 - C'eft toujours d'entre les Officiers d'armée que l'on tire également, & les Miniftres qui gouvernent l'État , & les Généraux qui conduifent les troupes. Lorfqu'on a befoin de leur entremife auprès du Prince , on ne les aborde jamais que les préfens à la main. C'eft plutôt comme une marque de refpeft de la part des Supplians , que par avarice du coté deOmrhas.
Page 371 - Ainsi, lorsque l'empereur donne à un mansebdar, c'est-à-dire à un lys-officier de l'empire, vingt roupies par mois au premier titre, sa paye monte par an à sept cent cinquante roupies, car on en ajoute toujours dix de plus. Celui à qui l'on assigne par mois la même paye au second titre en reçoit par an trois cent soixantequinze. Celui dont la paye n'est qu'au troisième titre, n'a par an que deux cent cinquante roupies d'appointemens. Ce règlement est d'autant plus bizarre , que ceux qui...
Page 351 - ... refte fe vend à ceux qui, par leur, emploi , font obligés de monter la cavalerie. On a fait remarquer dans plufieurs relations , que leur nourriture, aux Indes, n'eft pas femblable à celle qu'on leur donne en Europe, parce que dans un pays fi chaud , on ne recueille guères de fourage que fur le bord des rivières.
Page 364 - Ce que nous avons- dit jufqu'icy , eft un préjugé favorable pour rendre croyable ce que nous allons dire. Sans doute on ne fera plus furpris des immenfes revenus que le Mogol recueille de fes Etats. En voici ta lifte tirée des Archives de l'Empire.
Page 56 - Ils feroient mal de tuer des animaux; mais on leur permet d'en manger la chair lorfqu'ils les trouvent morts. Brama ne leur a point fait de fcrupule fur la pluralité des Femmes. On ne peut trop augmenter, difoitil, la race des guerriers qui dépérit affez dans les Combats.

Bibliographic information