Histoire naturelle des salamandres de France: précédée d'un tableau méthodique des autres reptiles indigènes ...

Front Cover
Chez Villier, 1800 - Amphibians - 61 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page xlv - Comme les chéloniens et les sauriens, ils ont de longues côtes arquées; le mâle a un organe extérieur de génération : ils s'accouplent réellement et pondent des œufs à coquille calcaire , d'où naissent des petits en tout semblables à leurs parens ; mais ils diffèrent des sauriens , parce qu'ils n'ont qu'une oreillette au cœur, point de sternum ; que les mâles ont une verge double ; que les femelles pondent des œufs à coquille calcaire molle ; et qu'ils n'ont pas de pattes.
Page 14 - Latreille soupçonne que les jeunes sala-* mandres marbrées diffèrent des adultes par est nécessaire, aux herbes du rivage , qui favorisent leurs amours ; sa queue, dans une agitation continuelle, se plie tortueusement, et bat avec la douceur de la volupté les flancs de sa femelle ; les deux corps, réunis antérieurement, s'écartent vers le bas, et forment ainsi un angle plus on moins aigu.
Page xlv - IIe. Ordre. LES SAURIENS. Tous" ces animaux ont des dents enchâssées , deux oreillettes au cœur , des côtes et un sternum ; le mâle a un organe extérieur de génération ; ils s'accouplent réellement , pondent à terre. des œufs à coquille calcaire , d'où sortent; des petits qui ne subissent pas de métamorphoses. Ils ont des plaques écailleuses ou des écailles sur le corps. IIIe. Ordre. LES OPHIDIENS ou SERPENS. Ils se rapprochent plus des reptiles des premiers ordres, sur-tout des sauriens,...
Page 16 - ... celle qu'il avoit fait sortir par les voies ordinaires, les deux tiers des œufs soumis à cette opération, et qui n'avoient pas encore été vivifiés par l'approche du mâle. Ces tentatives n'ont eu aucun effet toutes les fois que la semence n'a pas été mêlée avec un peu d'eau. DiHérons essais tendant à féconder des embryons d'animaux d'un autre genre, quoique voisin , avec la même matière , et réciproquement, n'ont pas été.
Page 17 - Vous les verrez, dans l'espace de sept jours, sous les figures d'un sphéroïde alongé , d'un sphéroïde echancré d'un côté ou ressemblant à un rein , d'un têtard renflé et arrondi à un bout , aminci et terminé en queue à l'autre , devenir enfin une petite salamandre , à laquelle on distingue des vertèbres, de petites nageoires , deux petits boutons , rudimens des bras , une tête , deux yeux. Vous les verrez dans toutes ces métamorphoses se mouvoir avec une vivacité extrême , comme...
Page 15 - ... sa femelle ; les deux corps, réunis antérieurement, s'écartent vers le bas, et forment ainsi un angle plus ou moins aigu. Un jet 'abondant d'une liqueur blanche et épaisse s'élance des organes de génération du mâle , et atteint ceux de la femelle ; ils sont très- gonflés dans l'un et dans l'autre. Telle est l'espèce de frai , le seul mode d'accouplement observé entre ces animaux.
Page 18 - II est un fait sur lequel je ne me suis pas étendu, et qui mérite cependant une attention particulière : je veux parler des ouïes ou branchies que les salamandres aquatiques ont dans leur première jeunesse. Elles forment de chaque côté du cou une houppe frangée , une espèce de panache composé de trois à quatre tiges inégales, garnies, à ce qu'il m'a paru, sur deux rangs, d'appendices membraneuses et laciniées. Ces ouïes , suivant Dufay , sont recouvertes et garanties par un opercule....
Page xlvi - ... de génération ; et il n'ya point d'accouplement réel ; le plus souvent les œufs sont fécondés hors du corps de la femelle. Ces œufs sont sans coquille et pondus dans l'eau ; les petits qui en sortent ont des branchies à la manière des poissons, et different de leurs parens pendant les premiers momens de leur vie ; ils se rapprochent par cela INTRODUCTION.
Page 14 - ... l'atmosphère est assez forte , soit pour écarter un froid qui seroit nuisible à leur postérité, soit pour en développer les germes par sa douce influence. Ce n'est donc que vers cette époque , ou même un peu plus tard, que les deux sexes se réunissent ; et quel singulier phénomène, quel écart de la voie ordinaire nous présente cette union ! Des agaceries , des feintes réciproques ont préludé au terme des dernières jouissances. Le mâle redresse , agite sa crête , un des apanages...
Page 17 - A ce frai sont adhérentes des petites bulles d'air, qui se dilatent peu à peu, en augmentant le volume, et l'entraînent sur la surface des eaux. Les bulles crèvent, et les œufs gagnent le fond du fluide sur lequel ils surnageoient en masse. Observons actuellemi-nt leurs métamorphoses ou leurs changemens de formes.

Bibliographic information