Histoire universelle

Front Cover
Firmin Didot, frères, 1858 - History
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 299 - Ainsi , tout ce que l'air donne aux plantes , les plantes le cèdent aux animaux, les animaux le rendent à l'air; cercle éternel , dans lequel la vie s'agite et se manifeste , mais où la matière ne fait que changer de place.
Page 221 - ... c'est ce qui m'a décidé à entreprendre ceci, où j'emploie, comme on va voir, non la langue courtisanesque, pour user de ce mot italien, mais celle des gens avec qui je travaille à mes champs, laquelle se trouve quasi toute dans La Fontaine ; langue plus savante que celle de l'Académie, et, comme j'ai dit, beaucoup plus grecque...
Page 128 - ... ou maisons de travail , pour y vivre séparés de. leur famille , à la manière des forçats. Voilà où en est l'Angleterre, grâce à la complète séparation qui existe dans ce pays entre les deux éléments de la production , le capital et le travail. Le paysan qui jadis possédait un porc, une vache, un jardin, ne les a plus aujourd'hui; et un seul fermier a absorbé ce qui était réparti entre trente métayers. La plèbe...
Page 370 - En effet, l'économie politique traite de la production, de la distribution et de la consommation des richesses ou des valeurs; mais de quelles valeurs?
Page 345 - ... de même les impressions , en arrivant au cerveau , le font entrer en activité : les aliments tombent dans l'estomac avec leurs qualités propres et en sortent avec des qualités nouvelles, de même les impressions arrivent au cerveau isolées , incohérentes; mais le cerveau réagit sur elles, et les renvoie transformées en idées.
Page 351 - Si l'histoire est le gouvernement de Dieu, rendu visible, tout est à sa place dans l'histoire ; et si tout y est à sa place , tout y est bien , car tout mène au but marqué par une puissance bienfaisante. De là...
Page 243 - L'auteur de ce recueil n'est pas de ceux qui reconnaissent à la critique le droit de questionner le poète sur sa fantaisie, et de lui demander pourquoi il a choisi tel sujet, broyé telle couleur, cueilli à tel arbre, puisé à telle source.
Page 203 - Or cette opposition de l'idéal et du réel , de la fatalité et de la liberté, disparaît dans l'art qui opère leur conciliation et leur fusion. Le beau, c'est l'accord, l'unité du fini et de l'infini ; de l'existence fatale et de l'activité libre , de la vie et de la matière, de la nature et de l'esprit, et l'art dans ses œuvres nous fait contempler cette harmonieuse unité. Elle existe déjà dans l'artiste ; car le génie, c'est le résultat de la combinaison de ces deux principes.
Page 5 - ... rehaussé par les fautes apparentes de ses courtisans. Pendant ce temps, M. Bérard se préparait à présenter à la Chambre une proposition dans laquelle on remarquait ce passage : « Le rétablissement de la garde nationale, avec l'inter...
Page 359 - Bentham avec un enthousiasme semblable, et je créerai un monde moral et social : je produirai non-seulement la justice, mais encore la générosité, le patriotisme, la philanthropie, toutes les vertus aimables ou sublimes dans leur pureté et leur exaltation.

Bibliographic information