Instruction pastorale de monseigneur l'archevêque duc de Cambray, sur le livre [by J. Fouillou and N. Petitpied] intitulé Justification du silence respectueux

Front Cover
1708
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 433 - ... il faudroit, selon les aveux du parti même, conclure que ces théologiens seroient allés trop loin , en confondant ces textes avec les faits particuliers qui n'entrent point dans le corps de la tradition. En ce cas, on pourroit, dans l'espérance de redresser doucement ces théologiens , les tolérer par une singulière condescendance, comme nous voyons que les rebaptisans d'Afrique et d'Asie furent tolérés par le Siège apostolique ; comme nous voyons que l'opinion de la propagation des...
Page 38 - Trente est la con» damnation d'un texte court Ces deux parties » de notre ouvrage, continue le prélat, achèveroient » elles seules la démonstration de notre doctrine. » Mais l'auteur de la Justification nous donne de » quoi aller encore plus loin. Dans la troisième » partie, nous montrerons que...
Page 291 - CHRIST j s'uniffent enfemblefur la terre , quelque chofe qu'ils demandent , elle leur fera accordée par mon Père qui efl dans le ciel : car...
Page 103 - D'ailleurs quand cet écrivain parle d'un jugement applaudi de toutes parts , il ne veut point parler d'un jugement auquel toutes les Eglises s'unissent par des actes positifs et solennels.
Page 358 - Cette question de la signification propre et naturelle du texte, est celle que le parti nomme de fait, tjuis sit sensus. C'est précisément celle dont le concile décide, en déclarant que le texte de la Messe ne contient, c'est-à-dire, ne signifie aucune erreur. Voilà la matière propre d'un vrai canon, qui décide infailliblement. De plus, le parti ne peut pas dire que l'objet du concile, dans ce canon, est de condamner quelque erreur, ou de décider en faveur de quelque dogme de foi, en un...
Page 358 - De plus, l'évidence dépend toujours de la raison humaine ; car on ne peut jamais attribuer cette évidence qui convainc d'abord tout homme exempt de délire, à une conformité de textes de diverses langues entr'eux , laquelle est contestée par des critiques très-savans : Voilà donc une décision qui est infaillible , non par simple évidence notoire du fait, mais en vertu des promesses. Si quelqu'un étoit assez téméraire pour oser révoquer en doute cette authenticité , et pour...
Page 282 - Ce seroit une explication qui lut ôteroit toute autorité. A entendre des paroles si dures et si dédaigneuses , on seroit tenté de croire que cet écrivain veut parler de quelque conventicule fait par une cabale, ou même de quelque brigandage semblable à celui...
Page 63 - ... véritables questions de droit, et qu'on ne puisse pas dire absolument qu'ils soient non révélés , il s'ensuivra, selon M. Arnauld, et même suivant tout le parti , que ces faits peuvent être crus de foi divine, car il est indubitable qu'on peut croire de foi divine les véritables questions de droit. Il faut avouer qu'on peut croire de foi divine les faits dont on ne peut pas dire absolument qu'ils soient non révélés. Voilà ce que le parti a tant de fois nommé Yhérésie de la these...
Page 39 - de notre ouvrage, continue le prélat, achèveroient » elles seules la démonstration de notre doctrine. » Mais l'auteur de la Justification nous donne de » quoi aller encore plus loin. Dans la troisième » partie, nous montrerons que cet auteur, marchant » sur les traces des autres chefs du parti , a étendu » cette infaillibilité , même jusqu'aux réglemens de » discipline, au rang desquels il met la condamnait tion des textes d'auteurs particuliers. Enfin dans » la quatrième partie,...
Page 115 - ... peut pas dire : Point de question de fait sur les canons; mais il ya une question de fait sur le sens du texte de Jansénius. D'un côté, le texte court peut être en lui-même obscur, ambigu, contesté, sujet à des questions de grammaire, de logique et de critique, de même que le texte long, et le texte long peut être encore plus clair que le texte court. D'un autre côté, le texte long n'est pas moins dogmatique que le texte court. L'un et l'autre n'est fait que pour exprimer le dogme,...

Bibliographic information