Introduction aux essais de Montaigne

Front Cover
A. Colin & Cie, 1900 - 313 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 276 - ... s'y coucher pour si peu et se recueillir, je me suis mis à les faire plus longs, qui requièrent de la proposition et du loisir assigné. En telle occupation, à qui on ne veut donner une seule heure, on ne veut rien donner. Et ne faict on rien pour celuy pour qui on ne faict qu'autre chose faisant. Joint qu'à l'adventure ay-je quelque obligation particulière à ne dire qu'à demy, à dire confusément, à dire discordamment.
Page 158 - Après tout, c'est mettre ses conjectures à bien haut prix que d'en faire cuire un homme tout vif ». La folie est de tous les temps.
Page 16 - Il n'est occupation plaisante comme la militaire : occupation et noble en exécution (car la plus forte, généreuse et superbe de toutes les vertus est la vaillance), et noble en sa cause : il n'est point d'utilité, ny plus juste, ny plus universelle, que la protection du repos et grandeur de son païs.
Page 148 - Quoy qu'on nous presche, quoy que nous aprenons, il faudroit tousjours se souvenir que c'est l'homme qui donne et l'homme qui reçoit; c'est une mortelle main qui nous le présente, c'est une mortelle main qui l'accepte.
Page 246 - Ils veulent se mettre hors d'eux et eschapper à l'homme. C'est folie ; au lieu de se transformer en anges, ils se transforment en bestes ; au lieu de se hausser, ils s'abattent...
Page 71 - Mais il m'est advis que c'est bien le bout, non pourtant le but de la vie ; c'est sa fin, son extrémité, non pourtant son object.
Page 196 - ... sans aide, née en nous de ses propres racines par la semence de la raison universelle empreinte en tout homme non desnaturé.
Page 300 - ... avec mesure et discrétion, car on aurait tort de s'exposer à un grand mal pour procurer seulement un petit bien à ses parents ou à son pays; et si un homme vaut plus, lui seul, que tout le reste de sa ville, il n'aurait pas raison de se vouloir perdre pour la sauver.
Page 276 - Ses allégations portent plus d'une fois, hors de son propos, la semence d'une matière plus riche et plus hardie...
Page 193 - Socrates et de Caton demeurent vaines et inutiles pour n'avoir eu leur fin, et n'avoir regardé l'amour et obéissance du vray créateur de toutes choses , et pour avoir ignoré Dieu...

Bibliographic information