Jean Racine: ou le droit de vivre

Front Cover
Editions du Cerf, 2002 - Dramatists, French - 161 pages
Partagé entre l'amour et la haine du berceau qu'un jansénisme ravageur voulait pervertir en tombeau, Racine a refusé de vivre sa vie " sans y prendre de part et de goût " : les maisons mères n'accepteraient-elles jamais vraiment de rivales, il ne " rendrait à l'autel " son " infidèle vie " qu'après avoir osé aimer le théâtre aussi furieusement que le Pyrrhus d'Andromaque osa aimer " sa Troyenne ". Contresignant son arrêt de mort chaque fois qu'il se laissait aller à signer un peu plus son arrêt de vie, Racine dépasse, au moins en violence retenue, le Néron " fils ingrat " ou le Titus " oublieux de la Renommée ". Si l'" enfant rebelle " de Port-Royal n'a pas été le moins turbulent de ceux dont les jours " coûtent cher à leur mère ", il n'a lutté que pour ne pas se laisser dévorer entièrement par celle qui ne cessait de le vouloir pour elle seule. Il aura été surtout le fils appelant à son secours celui dont l'absence le hante : un Père aimant dont font douter, jusqu'au désespoir, ses contrefaçons ou ses substituts de pacotille. Témoin privilégié du conflit qui opposa Port-Royal et le " monde ", Racine en a été aussi le lieu : c'est en lui d'abord qu'il se joua, comme la " guerre cruelle " où s'épuisèrent à se défier l'ange qui le " voulait tout esprit et tout céleste " et le démon qui le " tenait vers la terre penché " ; tenter de les réconcilier aurait bien été sa première et sa dernière passion.

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Introduction
9
Les croix dun chemin
23
Andromaque et la problématique du deuil
73
Copyright

2 other sections not shown

Common terms and phrases

Bibliographic information