Journal de la vie de S.A.S. madame la Dsse. d'Orléans, douairière

Front Cover
J.-J. Blaise, 1822 - 288 pages
 

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

page 212:PV du 3/07/1821 des obsèques de la duchesse d'Orléans signé par l'abbé de Sambucy

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 206 - N**f est la cause de mon accident , et quoique ce soit innocemment, il pourrait peut-être devenir malheureux ; je veux qu'il ait au moins de quoi se mettre à l'abri de la misère » Le portrait qui accompagne l'ouvrage précédent a été dessiné et gravé par M.
Page 269 - Quand nous avons été tête à tête, je ne lui ai point dissimulé mon étonnement et ma curiosité ; et, après m'avoir fait promettre un secret inviolable : «Je vais, ditelle, vous avouer la vérité... Vous savez peut-être que tous les chevaliers de l'ordre font serment, à leur réception, de lire tous les jours l'office du Saint-Esprit ?.. . — Eh bien ? . . . — Eh bien ! ... Il ne le dit pas, et, pour expier cette faute, j'ai fait vœu de le dire régulièrement. . . — Et depuis quand...
Page 263 - Oh ! si jamais des événemens imprévus la forçoient à s'exiler de son pays, fais qu'elle y soit rappelée par la justice et la vertu, et qu'après avoir joui des bienfaits d'une généreuse hospitalité, elle soit rendue à sa patrie !...La princesse écoutoit le vieillard avec attendrissement ; cependant, cette étrange supposition la fit sourire.... Hélas ! elle sourit avec toute la sécurité de la douce innocence. Un voile impénétrable couvroit alors le sombre avenir.. ..Les deux hermites...
Page 14 - L'État jusqu'à sa mort paiera ses adultères. Tous les jours dans Paris, en habit du matin, Monsieur promène à pied son ennui libertin. Sous ce modeste habit déguisant sa naissance, Penthièvre quelquefois visite l'indigence, Et, de trésors pieux dépouillant son palais, Porte à la veuve en pleurs de pudiques bienfaits; Mais ce voluptueux, à ses vices fidèle, Cherche pour chaque jour une amante nouvelle. La fille d'un bourgeois a frappé sa grandeur; II jette le mouchoir à sa jeune pudeur...
Page 269 - Chartres lisait un ouvrage très-libre , ce qui serait assurément en elle la plus étrange inconséquence. Quand nous avons été tête à tête, je ne lui ai point dissimulé mon étonnement et ma curiosité ; et, après m'avoir fait promettre un secret inviolable : « Je vais, ditelle, vous avouer la vérité... Vous savez peut-être que tous les chevaliers de l'ordre font serment, à leur réception, de lire tous les jours l'office du Saint-Esprit ?.. . — Eh bien ? . . . — Eh bien ! ... Il...
Page 172 - Allison, de son père et de sa mère, de son grand-père et de sa grand-mère, (celle-ci qui était la propre soeur de Jumonville), le notaire Duval lui ouvrit son salon et c'est chez nous que le vieux gentilhomme passa sa dernière nuit sur la terre.
Page 78 - Les décrets des 1" août et 17 septembre 1793 et 21 prairial an III, qui ordonnent l'expulsion des Bourbons, y compris la veuve de PhilippeJoseph d'Orléans, et la confiscation de leurs biens, seront exécutés ; et il est dérogé à toutes dispositions contraires. Le Directoire exécutif est chargé de désigner le lieu de leur déportation, et de leur assigner, sur le produit de leurs biens, les secours nécessaires à leur existence.
Page 10 - Gardes-du-Corps, et le Marquis de Chauvelin, Maître de la Garde-robe de Sa Majesté, et de celles de service du Roi, de la Famille Royale, des Princes et des Princesses du Sang. La Reine s'est rendue à la salle peu après le Roi, précédée et suivie de détachement des Gardes-du-Corps du Roi.
Page 263 - France ; j'ai le pressentiment que vous y retrouverez le bonheur 1...A ces mots, les deux hermites baignés de larmes, tombent aux genoux de la bienfaisante princesse, et le vieillard (sans doute inspiré dans ce moment), élevant ses deux mains tremblantes vers le ciel : Grand Dieu ! dit-il, souverain arbitre des destinées, c'est à toi de récompenser notre angélique libératrice ! Oh ! si jamais des...
Page 195 - ... été la première à m'en donner le conseil. » Ils savent que mes vœux les plus chers » sont de les satisfaire l'un et l'autre. " : » Je donne et lègue à la Princesse Amélie , » ma belle-fille, sa vie durant, la jouissance » de mon duché d'Aumale ; tel qu'il est ad

Bibliographic information