Journal de physique, de chimie, d'histoire naturelle et des arts, Volume 47

Front Cover
Fuchs, 1798
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 402 - ... 8°. Que quand l'origine de tous les nerfs qui composent l'arc animal est tournée vers une de ses extrémités, les muscles seuls qui répondent à l'autre extrémité éprouvent les convulsions galvaniques.
Page 24 - ... de beaucoup le terme de l'eau bouillante. Plus je réfléchis à ces phénomènes , & plus ils me parurent dignes d'attention ; je crus même entrevoir qu'en fuivant cette recherche , on feroit quelques progrès dans l'étude des modifications du feu , encore fi peu connues , & qu'on arriveroit peut-être à former quelques conjectures...
Page 27 - ... qui le maintenoit en place. L'aire de fa furface en contact contre le fond du cylindre, étoit d'environ i |. pouces. Ce foret, défigné par la lettre n , eft indiqué dans la plupart des figures. » Au commencement de l'expérience , la température de l'air à l'ombre , & celle du cylindre, étoit précisément de 60° F.
Page 34 - Mais comme , dans cette dernière expérience , l'eau , quoiqu'elle environnât de toutes parts à l'extérieur le cylindre de bronze, n'entroit point dans fa cavité , dont l'entrée étoit fermée par le pifton , & que , par conféquent , elle n'étoit point en contact avec les furfaces métalliques à l'endroit même où la chaleur fe produifoit , je voulus effayer quelle feroit l'influence du contact: de l'eau fur les furfaces frottantes ellesmêmes : c'eft ce qu'on va voir.
Page 24 - Après ces réflexions , dont plus d'un lecteur aura fenti la juftefîè , le célèbre auteur des recherches qu'on va lire, raconte comment il fut mis fur la voie des expériences dont il donne le détail. « J'étois occupé dernièrement, dit-il , dans l'arfenal de Munich , à faire forer des canons ; je fus frappé de la chaleur confidérable qu'acquéroit en peu de temps la...
Page 139 - Les artistes paraissent avoir renoncé à traiter une substance aussi dure, qui n'ajoute à leur ouvrage d'autre mérite que celui de la difficulté vaincue, et à laquelle ils font perdre de son prix réel en diminuant son volume.
Page 318 - NN i N i. Pison(i) qui a fait celte dure expérience, dit que le cœur séparé du corps battoit encore vivement pendant une demi-heure, et que l'animal remuoit toujours les jambes comme s'il n'eût été qu'assoupi (2) } par ces rapports , (i) Secui femellam vivam...
Page 29 - ... d'où je concluois que la préfence de l'air ne contribuoit pas à produire la chaleur obfervée. .Mais il ne falloit rien épargner , dans une recherche de cette nature , pour arriver à la vérité. »> Pour déterminer, par une expérience décifive, fi l'air environnant avoit...
Page 28 - ... d'épuifement dans le métal , malgré la grande quantité de chaleur qu'il avoit dégagée. ». -, . » Après avoir trouvé tant de raifons de conclure que la chaleur produite dans ces expériences , ou plutôt- excitée par ces procédés , n'étoit pas fournie aux dépens de la chaleur latente , ou du calorique combiné , qui...
Page 34 - Igné ? Y at-il quelque chofe qu'on puifle appeler le calorique ? Nous avons vu qu'on peut faire naître une quantité de chaleur confidérable par le frottement de deux furfaces métalliques \ & que cette chaleur eft fournie en torrent continu , dans toutes les directions , fans interruption ou intermittence , & fans aucun ligne de diminution ou d'épuifement.

Bibliographic information