Journal de physique, de chimie, d'histoire naturelle et des arts ..., Volume 5

Front Cover
Ve Courcier, 1775 - Science
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 323 - PARCE que les trois ordres d'Individus lui fembloient très-dif. férenciés par la Nature , il en concluoit , qu'ils provenoient de trois fortes d'œufs , que la Reine dépofoit dans des cellules de trois dimenfions différentes , & fur le choix defquelles elle ne fe méprenoit point. LA cire & le miel dont les Abeilles fe nourriflent, ne font pas la nourriture qu'elles donnent aux Vers : cette nourriture eft une forte de gelée, dont il femble qu'elles proportionnent la quantité & la qualité...
Page 374 - Le Prix , deftiné à celui qui fera jugé avoir fatisfait à quelqu'une de ces queftions , eft une Médaille d'or , frappée au Coin ordinaire de la Société , fur le rebord de laquelle fe verra, avec le nom de l'Auteur , l'année de fon couronnement ; à condition qu'il ne fera permis , à ceux qui l'auront remporté , de faire imprimer leurs...
Page 292 - Bordeaux, annonce qu'un citoyen, zélé pour le bien public, a deftiné une fomme de 500 livres à un ouvrage qui indiquera la meilleure manière de tirer parti des landes de Bordeaux, quant à la culture & à la populatio*.
Page 323 - Vers : cette nourriture eft une forte de gelée , dont il femble qu'elles proportionnent la quantité & la qualité à l'âge ou à l'état des Vers. Cette gelée eft dépofée dans chacune des cellules où loge un Ver , & il en a toujours à fa portée une provifion fuffifante. Mais , ce qui...
Page 322 - Ouvrières, parce qu'elles font chargées de tout le travail de la ruche. Ce font elles qui recueillent la cire & le miel, qui conftruifent ces gâteaux où règne une fi haute Géométrie, qui alimentent les Petits, & pourvoient à tous leurs befoins. On les a aufli nommées les Neutres , parce qu'on ne découvre en elles aucun veûige de fexes.
Page 371 - ... l'immensité des êtres , et les richesses de la création, quand il peint les révolutions du globe, les bienfaits ou les rigueurs de la nature ; orné , quand il décrit ; profond , quand il analyse ; intéressant , lorsqu'il nous raconte...
Page 105 - Sherard en pofiedoit une fois plus, & un calculateur moderne a cru entrevoir le maximum du règne végétal, en le portant à vingt mille...
Page 441 - Son effet , qui ne m'a pas paru différer fen» fiblement de la commotion éleârique de l'expérience de Leyde, » que j'avois déjà éprouvée plufieurs fois , fe communique de même » par le fimple attouchement, avec un bâton ou une verge de fer » de cinq ou fix pieds de long, de manière qu'on...
Page 422 - La propagation de l'efpece eft ici la grande fin de la Nature. Cette fin ne fauroit s'obtenir dans un eflaim où il ne fe trouve que des abeilles ouvrières.
Page 325 - ... philofophe, & que je ne dédaignerois pas de m'intérefler aux travaux d'une Compagnie littéraire qui n'a que les Abeilles pour objet : elle a penfé qu'elle me furprendroit agréablement en me faifant l'honneur de m'adopter fans m'avoir prévenu. Avec quel plaifir les Swammerdam , les Maraldi , les...

Bibliographic information