L'Adieu à la littérature: Histoire d'une dévalorisation (XVIIIe-XXe siècle)

Front Cover
La littérature n'a peut-être jamais été plus mal considérée qu'aujourd'hui. Tous les signes montrent cette fragilisation. Mais plutôt que de s'arrêter à la description d'un mal contemporain dont nul ne doute, ce livre propose de retrouver les causes profondes de cette baisse d'influence, qui résulte d'une évolution de longue durée. La thèse est simple : entre le XVIIIe et le XXe siècle eut lieu en Europe une transformation radicale de la littérature ; sa forme, son idée, sa fonction, sa mission, tout fut bouleversé. Du magnétisme animal aux cultural studies, du sublime selon Boileau au plaisir selon Barthes, du tremblement de terre de Lisbonne au camp d'Auschwitz, de l'apothéose de Voltaire au départ de Rimbaud et aux silences de Beckett, le récit des métamorphoses de la littérature est présenté en une vaste fresque européenne, qui met en évidence un mouvement de bascule conduisant inévitablement du sommet à l'abîme. Comprendre ce mécanisme de dévalorisation, ce traumatisme de l'adieu, c'est pénétrer au cœur de la crise existentielle permanente où se débat maintenant la littérature. Mais c'est aussi se donner les moyens d'en sortir.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

About the author (2012)

William Marx (Villeneuve-lès-Avignon, 1966) est critique, essayiste et historien de la littérature. Après des études à l'École normale supérieure et l'agrégation de lettres classiques, il a longtemps enseigné aux États-Unis et au Japon. Il est actuellement professeur de littératures comparées à l'université de Paris 10 (Paris Ouest Nanterre La Défense), membre honoraire du Wissenschaftskolleg de Berlin et de l'Institut universitaire de France. Il a obtenu en 2010 le prix Montyon de l’Académie française.

Bibliographic information