L'Argenterie et les bijoux d'or du Trésor de Boscoreale: Description des pièces conservées au Musée du Louvre

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 7 - ... continue la dépouille de l'éléphant et marque un double menton. phiale d'argent du trésor de Boscoreale '. Vu l'étroit rapport des deux monuments, il importe de reproduire la description si exacte et si minutieuse qu'a donnée de celui du musée du Louvre M. Héron de Villefosse : « [L'Afrique] est représentée comme une femme plantureuse, vue à mi-corps ; ses traits, sans être délicats, respirent la jeunesse, la force et la beauté. Le menton est proéminent, les lèvres sont larges...
Page 171 - Le commentaire suivant d'Ulpien est significatif à cet égard : ornamenta muliebria sunt, quibus mulier ornatur, ueluti inaures armillae uiriolae anuli praeter signatorios et omnia, quae ad aliam rem nullam parantur, nisi corporis ornandi causa : quo ex numéro etiam haec sunt : aurum gemmae lapilli, quia aliam nullam in se utilitatem habent.
Page 8 - Piot (Leroux, gr. 1°, 1899l, pi. I (même description, ibid., p. 39-40). 3. La représentation de l'Afrique achetée à Orange ne reproduit qu'une tête. La phial.e de Boscoreale représente le buste et les mains de la province d'Afrique divinisée. « Le cou est large et bien planté sur la poitrine. Un chiton d'étoffe fine et légère, aux plis soyeux, attaché sur le bras par plusieurs boutons, épouse les contours du buste et en fait valoir les formes vigoureuses, en laissant à découvert...
Page 8 - ... plantureuse, vue à mi-corps ; ses traits, sans être délicats, respirent la jeunesse, la force et la beauté. Le menton est proéminent, les lèvres sont larges et hermétiquement closes : le nez est légèrement arqué ; les yeux grands et ouverts, au regard ferme, sont ceux d'une femme sûre d'elle-même et aux volontés de laquelle rien ne saurait s'opposer. Le front est à moitié caché par des cheveux abondants et bouclés qui ne tombent pas plus bas que le cou, particularité qui donne...
Page 8 - ... la guimpe qui maintient la coiffure cache les oreilles de la déesse, et la dépouille de l'éléphant ne descend pas jusqu'à leur hauteur. La figurine de Boscoreale a proportionnellement les yeux plus grands, le regard plus accentué; ses cheveux tombent sur le front en mèches...
Page 11 - Autour du buste sont disposés quelques attributs divins : l'arc et le carquois de Diane, la massue d'Hercule, le sistre d'Isis, les tenailles de Vulcain, le serpent d'Esculape enroulé autour d'un bâton, le glaive de Mars dans son fourreau, la lyre d'Apollon. Sous le buste, un dauphin nageant au milieu des (lois indique qu'il s'agit d'une ville maritime.
Page 198 - REINACH, de l'Institut, in-i8 illustré. . r 25 III. La Bibliothèque du Vatican au XVI* siècle, par ME MUNTZ, de l'Institut, in-i8 2 5o IV. Conseils aux voyageurs archéologues en Grèce et dans l'Orient hellénique, par MS REINACH, de l'Institut, in-i8 illustré 2 5o V. L'Art religieux au Caucase, par MJ MOURIER, in-i8 * 3 5o VI. Etudes...
Page 197 - L'Evolution de l'architecture en France, par Raoul ROSIÈRES, in-i8 3 5o XVIlI.La Céramique jap onaise.par Ouéda TOKOUNOSOUKÉ, avec une préface par E. DESHAYES, in-i8. ... 3 5o XIX. Les Monnaies romaines, par Adrien BLANCHET, in-i8, i2 planches 5 ° XX. Jean Perréal dit Jean de Paris. par R. DE MAULDE LA CLAVIÈRE, in-i8, i8 planches 3 5o XXI. Pic de La Mirandole en trance, par L.
Page 97 - C'est encore la nature qui a fourni les ornements de deux coupes enveloppées de branchettes de platane. L'artiste a choisi de jeunes pousses, sans graines, de façon à laisser au relief un aspect doux et uniforme. C'est le printemps dans toute sa fraîcheur. L'automne nous apparaît avec une décoration plus vigoureuse sur deux canthares, entourés de branches d'olivier chargées de fruits et nouées par leurs extrémités. Sous les doigts d'un ciseleur habile, ce feuillage triste et malingre a...

Bibliographic information