L'Univers: histoire et description de tous les peuples ...

Front Cover
F. Didot fréres, 1847 - World history
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 66 - Nous n'avons que peu de chose à ajouter à ce que nous avons dit sur ces animaux dans la description du khanat deBoukhara (1).
Page 474 - Avec ces gens-là un secret confié n'est point divulgué, et le coupable n'est point abandonné en punition de sa faute. Tous ils repoussent l'insulte, tous sont braves, moins braves que moi cependant quand il faut soutenir le choc des premiers chevaux de l'ennemi; mais je leur cède le pas quand il s'agit d'attaquer les vivres, alors que le plus glouton est le plus diligent Tout cela n'est...
Page 18 - ... ne renaît que pour éclairer sa nudité, son impuissance, et pour lui présenter l'horreur de sa situation, en reculant à ses yeux les barrières du vide, en étendant autour de lui l'abîme de l'immensité qui le sépare de la terre habitée : immensité qu'il tenterait en vain de parcourir ; car la faim, la soif et la chaleur brûlante pressent tous les instants qui lui restent entre le désespoir et la mort.
Page 162 - Tu reconnaîtras que ceux qui nourrissent la haine la plus violente contre les fidèles sont les juifs et les idolâtres, et que ceux qui sont le plus disposés à aimer les fidèles sont les hommes qui se disent chrétiens ; c'est parce qu'ils ont des prêtres et des moines, et parce qu'ils sont sans orgueil.
Page 494 - Mariana rapporte que, dans le xi" siècle, au siège de Calcanassor, un pauvre pêcheur chantait alternativement en arabe et en langue vulgaire une complainte sur le sort de cette malheu•reuse ville. Le même air s'appliquait tour à tour aux paroles étrangères et nationales. On le voit par cet exemple : en...
Page 18 - ... les arbres sont encore des êtres pour l'homme qui se voit seul; plus isolé , plus dénué , plus perdu dans ces lieux vides et sans bornes , il voit partout l'espace comme son tombeau : la lumière du jour plus triste que l'ombre de la nuit, ne renaît que...
Page 488 - Les annalistes de l'antiquité ne faisaient point entrer dans leurs récits le tableau des différentes branches de l'administration : les sciences, les arts, l'éducation publique, étaient rejetés du domaine de l'histoire ; Clio marchait légèrement, débarrassée du pesant bagage qu'elle traîne aujourd'hui après elle.
Page 17 - ... et sans bornes, il voit partout l'espace comme son tombeau : la lumière du jour, plus triste que l'ombre de la nuit, ne renaît que pour éclairer sa nudité, son impuissance, et pour lui présenter l'horreur de sa situation, en reculant à ses yeux les barrières du vide, en étendant autour de lui...
Page 34 - et appesanties : c'est pourquoi ils prirent une « pierre, et l'ayant mise sous lui, il s'y assit ; et « Aaron et Hur lui soutenaient les mains des « deux côtés. Ainsi, ses mains ne se lassèrent « point jusqu'au coucher du soleil.
Page 347 - ... pour qui un descendant de Mahomet était toujours un digne héritier du trône; mais on ne voyait pas la famille d'Ali tout entière se lever comme un seul homme pour défendre les droits du prétendant, armer en sa faveur les bras des nombreux partisans qu'elle comptait dans tous les pays soumis à l'islamisme.

Bibliographic information