L'art de se connaître soi-même, ou recherches des sources de la morale

Front Cover
chez Jacq. Neaulme, 1749 - 428 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 349 - ... choies criminelles, & qui par conféquent ne peuvent être que honteufes en elles-mêmes, ou enfin à des chofes qui tirent toute leur perfection & leur gloire du rapport qu'elles ont avec nos foibleffes & nos défauts.
Page 229 - ... qui font agir notre cœur. Il eft même certain que ce que nous croyons être une fympathie de tempérament a quelquefois fa fource dans les principes cachés de notre cœur. Pourquoi ptnfezvous que je hais cet homme à une premiere vue, quoiqu'il me foit inconnu?
Page 307 - ... de l'impiété. C'est une volupté d'orgueil que de s'arroger ou des biens qui ne nous appartiennent pas, ou des qualités qui sont en nous, mais qui ne sont point nôtres; ou une gloire que nous devons rapporter à Dieu, et non point à nous. On s'étonne avec raison que le peuple romain trouvât quelque sorte de plaisir dans les...
Page 240 - ... de pure amitié femble naître indépendamment de tout intérêt & de tout amour de nous-mêmes. Cependant fi vous y regardez de près , vous trouverez qu'il a dans, le fonds le même principe que les autres. Car...
Page 309 - Voir fes maifons en cendre & tes lauriers en poudre : Voir le dernier Romain à fon dernier foupir , Moi feule en être caufe , & mourir de plaid r. Corneille , Ici Horac. *8. I v. fc. v...
Page 205 - En effet, fi l'homme ne devoit s'aimer luimême que dans une mefure limitée, le vuide de fon cœur ne devroit pas être infini ; ..& fi le vuide de fon cœur ne devoit pas être infini, il s'enfmyroit qu'il n'auroit pas été fait pour la poffe/ïîon de Dieu, mais pour la pofleffion d'objets finis & bornés.
Page 242 - ... l'expérience nous apprend qu'entre les attributs de Dieu, nous aimons particuliérement ceux qui ont le plus de convenance avec nous : nous aimons plus fa clémence que fa juftice , fa bénéficence que fon...
Page 299 - ... de meurtres et d'attentats sur les lois les plus sacrées et les plus inviolables de la nature. Enfin, on doit regarder comme un plaisir criminel le plaisir que Dieu défend, soit par la loi naturelle qu'il a donnée à tous les hommes, soit par une loi positive, comme le plaisir qui affaiblit, suspend ou détruit le commerce que nous avons avec lui, en nous rendant trop attachés aux créatures.
Page 231 - C'eft un charme pour notre cœur de pouvoir dire du bien de nous fans blefler la modeftie. Nous n'aimons pas feulement ceux à qui la nature donne des conformités avec nous , mais encore ceux qui nous reflemblent par art & qui tâchent de nous imiter : ce...
Page 310 - Dieu ; nous blasphémons contre le ciel pour menacer la terre ; mais ce n'est pourtant pas là le sel qui assaisonne principalement l'impiété. L'homme impie hait naturellement Dieu, parce qu'il hait la dépendance qui le soumet à son empire, et la loi qui borne ses desirs. Cette haine de la Divinité demeure cachée dans le cœur des hommes, où la...

Bibliographic information