L'art de se connoître soy-même, Volume 2

Front Cover
1715
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 234 - La proximité de profeffion produit prefque toujours plus d'averfion que d'amitié , par la jaloufie qu'elle infpire aux hommes les uns pour les autres : mais celle des conditions eft prefque toujours accompagnée de bien-veillance. On eft furpris que les Grands foiene fans compaffion pour les hommes du commun , c'eft qu^ls les voyent en éloigneraient , les confidérant par les yeux de l'amour propre.- Ils ne les prennent nullement pour leurs prochains.
Page 340 - ... eftime à laquelle elles ne furvivent point? Quelqu'un a dit fur ce fujet , que l'amour "propre nourrit avec complaifance une idée de nos perfections , qui eft comme fon idole , ne pouvant fouffrir ee.
Page 246 - C'eft un charme pour notre cœur de pouvoir dire du bien de nous fans blefler la modeftie. Nous n'aimons pas feulement ceux à qui la nature donne des conformités avec nous , mais encore ceux qui nous reflemblent par art & qui tâchent de nous imiter : ce...
Page 236 - Si l'affection paternelle excufe les fautes, l'amour propre les aggrave quand il eft direclement bleffé ; fans doute que Rome eut l'honneur de ce que Brutus fit pour l'amour de lui-même, que fa patrie accepta le facrifice qu'il faifoit à fon'amour propre, & qu'il fut cruel par foiblefle plutôt que par magnanimité.
Page 316 - ... de meurtres et d'attentats sur les lois les plus sacrées et les plus inviolables de la nature. Enfin, on doit regarder comme un plaisir criminel le plaisir que Dieu défend, soit par la loi naturelle qu'il a donnée à tous les hommes, soit par une loi positive, comme le plaisir qui affaiblit, suspend ou détruit le commerce que nous avons avec lui, en nous rendant trop attachés aux créatures.
Page 233 - La proximité de la nation infpire ordinairement aux hommes une bienveillance qui ne fe fait point fentir à ceux qui habitent dans leur pays...
Page 340 - Sur ce principe, l'utilité de la gloire confifteroir en ce que l'eftime que les autres font de nous-, confirme la bonne opinion que nous en avons nous-mêmes. Mais ce qui nous montre que ce n'eft point là la principale ni même l'unique fource de l'amour de l'ef, time, c'eft qu'il arrive prefque toujours que les hommes font plus d'état du mérite apparent qui...
Page 249 - Je réponds qu'il ya fort peu de perfonnes qur aient pour jamais renoncé à la vertu , & qui ne s'imaginent que s'ils ne font pas vertueux en un temps , ils ne puiflent le devenir en un autre. J'ajoute que la vertu eft effendellement aimable à l'amour de nous-mêmes, comme le vice lui eft effentieHement hiïlfable.
Page 259 - ... concevoir de l'affection pour elles. Il eft bien certain que fi nous pouvions refufer à Dieu cette admiration, nous nous garderions bien de la lui rendre : & d'où vient cette néceffité d'admirer Dieu?
Page 236 - L'intérêt peut tout fur les ames \ on fe cherche dans l'objet de tous fes attachemens; & comme il ya diverfes fortes d'intérêts, on peut diftinguer auffi diverfes fortes d'affêaions que l'intérêt fait naître entre les hommes. Un intérêt de volupté...

Bibliographic information