L'art de se connoître soi-mesme: ou La recherche des sources de la morale

Front Cover
Jean Neaulme, 1749 - Christian ethics - 428 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 236 - Le raifon en eft que le vice eft un facrifice que nous nous faifons des autres à nous-mêmes ; & la vertu un facrifice que nous faifons au bien des autres de quelques plaifirs ou de quelque avantage qui nous flattoit.
Page 309 - ... de l'impiété. C'est une volupté d'orgueil que de s'arroger ou des biens qui ne nous appartiennent pas, ou des qualités qui sont en nous, mais qui ne sont point nôtres; ou une gloire que nous devons rapporter à Dieu, et non point à nous. On s'étonne avec raison que le peuple romain trouvât quelque sorte de plaisir dans les...
Page 312 - Dieu ; nous blasphémons contre le ciel pour menacer la terre ; mais ce n'est pourtant pas là le sel qui assaisonne principalement l'impiété. L'homme impie hait naturellement Dieu, parce qu'il hait la dépendance qui le soumet à son empire, et la loi qui borne ses desirs. Cette haine de la Divinité demeure cachée dans le cœur des hommes, où la...
Page 231 - ... qui font agir notre cœur. Il eft même certain que ce que nous croyons être une fympathie de tempérament a quelquefois fa fource dans les principes cachés de notre cœur. Pourquoi ptnfezvous que je hais cet homme à une premiere vue, quoiqu'il me foit inconnu?
Page 301 - ... de meurtres et d'attentats sur les lois les plus sacrées et les plus inviolables de la nature. Enfin, on doit regarder comme un plaisir criminel le plaisir que Dieu défend, soit par la loi naturelle qu'il a donnée à tous les hommes, soit par une loi positive, comme le plaisir qui affaiblit, suspend ou détruit le commerce que nous avons avec lui, en nous rendant trop attachés aux créatures.
Page 221 - La proximité de profeffion produit prefque toujours plus d'averfion que d'amitié , par la jaloufie qu'elle infpire aux hommes les uns pour les autres : mais celle des conditions eft prefque toujours accompagnée de bien-veillance. On eft furpris que les Grands foiene fans compaffion pour les hommes du commun , c'eft qu^ls les voyent en éloigneraient , les confidérant par les yeux de l'amour propre.- Ils ne les prennent nullement pour leurs prochains.
Page 359 - ... peu frappés de ce ridicule univerfel, qu'on peut reprocher à tous, ou du moins au plus grand nombre; mais leur préjugé ne change point la nature des chofes, & le mauvais affortiment de leurs actions avec leur dignité naturelle, pour être caché à leur imagination, n'en eft раз moins véritable.
Page 233 - C'eft un charme pour notre cœur de pouvoir dire du bien de nous fans blefler la modeftie. Nous n'aimons pas feulement ceux à qui la nature donne des conformités avec nous , mais encore ceux qui nous reflemblent par art & qui tâchent de nous imiter : ce...
Page 212 - L'amour de Dieu eft le bon fens de l'amour de nous-mêmes ; c'en eft l'efprit & la perfection. Quand l'amour de nous-mêmes fe tourne vers d'autres objets, il ne mérite pas d'être...
Page 241 - Au refte , il ne faut point excepter du nom-, bre de ceux qui aiment ainfi les vertus, les gens vicieux & déréglés : au contraire , il eft certain que par cela même qu'ils font vicieux , ils doivent trouver la vertu plus aimable. L'humilité applanit. tous les chemins à...

Bibliographic information