L'empire grec au dixième siècle: Constantin Porphyrogénète

Front Cover
A. Franck, 1870 - Byzantine Empire - 551 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 522 - Tzimiscès rassembla tous les grands de l'empire, et une réunion imposante eut lieu dans son palais. Ayant pris de ses propres mains la couronne qui était sur sa tête, il la plaça sur celle de Basile, le fit asseoir sur le trône et se prosterna la face contre terre devant lui. Après avoir remis à ce prince les...
Page 9 - Mais maintenant que l'impudeur s'est donnée ses coudées franches, maintenant qu'on s'imagine qu'il n'ya dans ces mariages ni indécence, ni infamie , il faut nettoyer cette turpitude comme on balaie les ordures, lorsque, au lieu d'être jetées dans un coin, elles se trouvent répandues dans toute la maison (1).
Page vii - Mais l'Empire byzantin doit être jugé comme un État du moyen âge, placé sur les extrêmes frontières de l'Europe, aux confins de la barbarie asiatique. La forme 'despotique du gouvernement et une certaine manière de centralisation administrative...
Page 436 - VII, malade au retour de son pèlerinage à l'Olympe, reçut les derniers sacrements de l'Eglise grecque, il put se réjouir de ce que, sous son règne, tant de grandes choses avaient été faites pour la cause du Christ. Il avait inauguré pour l'Orient comme pour l'Occident, pour les Hellènes comme pour les Francs, l'ère des Croisades. (1) Léo Diac., IX, 9, p.
Page 272 - ... efficace est celle qui fait accepter aux vaincus les mœurs et les institutions du vainqueur1, il s'efforça, parmi les tribus vassales de l'Empire, de répandre le christianisme. Aussi bien la propagande religieuse fut-elle en tout temps une des formes favorites de l'expansion byzantine. « L'Empire trouvait dans la religion l'unité qu'il ne trouvait ni dans la langue ni dans la race. L'orthodoxie lui tenait lieu de nationalité9.
Page 524 - Le titre d'exousiastès, plus élevé en apparence que celui d' archôn, impliquait un lien de vassalité plus étroit vis-à-vis de Byzance et une sorte de délégation de l'autorité impériale à des princes qui devenaient dans le Caucase comme des exarques de l'empire... » L'Alanie ou Alanéthi n'était point pour les Byzantins un pays à négliger. Suivant Maçoudi, c'était un des pays les plus belliqueux du Caucase,
Page 307 - Lalanue est lui-même auteur d'un mémoire sur le feu grégeois et sur l'introduction de la poudre à canon en Europe...
Page 298 - Mémoire géographique, historique et scientifique sur l'Inde, antérieurement au milieu du xi» siècle de l'ère chrétienne, d'après les écrivains arabes, persans et chinois.
Page 378 - En dépit de leurs lourds casques et de leurs lourdes cuirasses, ils se jetaient hors des vaisseaux « aimant mieux être noyés dans les flots que brûlés par le feu ; entraînés par le poids de leurs armes, ils descendaient au fond de la mer, qu'ils ne devaient pourtant jamais voir (3).
Page 433 - Alors sur les gradins des factions, au son des orgues d'argent, éclataient les hosannas et les chants de victoire : « Gloire à Dieu qui a triomphé des Agarènes ! gloire à Dieu qui a détruit les villes des Arabes! gloire à Dieu qui a confondu les détracteurs de la Vierge, mère du Christ! » Cependant l'implacable cruauté n'était guère dans le caractère byzantin. On traitait humainement ceux qu'on humiliait et, après cet abaissement de l'islamisme dans la personne des prisonniers, l'empereur...

Bibliographic information