L'histoire de France racontée a la jeunesse, Volume 2

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 36 - Bor-1 deaux , principale ville du duché de Guienne, qui, comme vous savez , appartenait alors aux Anglais, fut bientôt après embarqué pour l'Angleterre , où il demeura plusieurs années , constamment traité avec tous les égards dus à son rang et à son noble caractère. Après cela, un voile de douleur parut couvrir tout le royaume ; il semblait que le malheur eût commencé à régner sur la France avec la maison de Valois ; et l'on dit que ce fut le jour de cette fatale bataille de Poitiers,...
Page 233 - S'il est avantageux à mon peuple que je possède la couronne, favorisez ma cause et protégez mes armes. Si votre sainte volonté en a autrement disposé...
Page 129 - Le roi, pour parler vrai, n'était pas beau ; il était petit de taille , et mal proportionné ; son corps chétif et sans grâce portait une grosse tête ; les traits de son visage formaient un ensemble peu agréable; mais il était si bon, si affable, si poli, si attentif à prévenir les moindres désirs de sa femme, qu'en peu de temps la reine l'aima de toute son âme.
Page 93 - ... encore auprès de lui, qu'elle promit, quoique à regret, de ne pas le quitter jusqu'à ce que les Anglais fussent chassés de Paris et de tout le royaume. La guerre qui continuait de part et d'autre avec acharnement, donna encore à Jeanne d'Arc l'occasion de remporter de nouvelles victoires sur les Anglais et de leur reprendre plusieurs villes ; mais on remarqua que chaque jour elle montrait plus de tristesse, et parlait plus souvent de son village et de son vieux père. Lorsque Jeanne regrettait...
Page 217 - ... frais de son voyage. On peut donc juger par cette circonstance , combien il fallait dans ce temps que le royaume fût misérable , pour que le roi de France n'eût pas à sa disposition une somme aussi modique. Sur ces entrefaites , le duc de Guise avait continué son voyage , et, incapable d'aucune crainte, il venait d'entrer à cheval dans Paris, accompagné de sept domestiques seulement, bien certain que HIST.
Page 256 - Lorsque Richelieu parvint à la tête des affaires , il trouva la puissance royale menacée d'un grand danger. La plupart des seigneurs , profitant de la faiblesse de la reine mère, et de l'esprit d'intrigue des Concini, s'étaient emparés du gouvernement des différentes provinces...
Page 235 - Mayenne n'eut que le temps de se dérober par la fuite à une mort certaine. Dans ce funeste combat, Henri ne cessait d'ordonner aux siens d'épargner le sang français, et l'ennemi avait à peine tourné le dos qu'il songeait déjà à faire relever les blessés, et à secourir les prisonniers. Cette humanité touchante dans un pareil moment fut plus profitable à sa cause que la victoire même qu'il venait de remporter ; tous les prisonniers, auxquels il rendit la liberté, ne manquèrent pas de...
Page 313 - Le roi Louis XV, dans sa vieillesse, eut -" comme Louis le Grand, la douleur de survivre au fils qui devait lui succéder dans l'ordre de la nature, prince dont la vie entière avait fait concevoir aux Français les plus belles espérances.
Page 26 - PHIN : et en effet, depuis cette époque, ce titre a été jusqu'à nos jours celui du premier-né des rois de France. Le Dauphin , fils de Jean II , se nommait aussi Charles. A peine âgé de dixhuit ans , il se montrait déjà sage et réfléchi , et témoignait en toute circonstance une affection sincère à son beaufrère le roi de Navarre, qu'il croyait alors plutôt égaré par de mauvais conseils qu'entraîné au mal par ses propres penchants.
Page 145 - XII, luimême , se distinguait par son courage au milieu de tant d'boinines intrépides. Un jour, dans un combat sanglant, quelques-uns de ses officiers murmuraient de voir le roi exposer, avec une sorte de témérité, sa vie et la leur aux coups des ennemis. « Que ceux qui ont peur, » s'écria Louis en riant ,

Bibliographic information