L'histoire du moyen-âge, racontée aux enfants

Front Cover
1847 - 16 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 337 - ... afin qu'aucun soldat ne pût se soustraire par la fuite au moment du danger, périrent tout entiers sous l'épée castillane. Les chevaliers espagnols et français, couverts de leurs lourdes armures, firent un carnage affreux de cette foule d'Africains à demi vêtus, selon l'usage de leurs climats; et l'émir Muhammad lui-même ne dut la vie ou la liberté qu'à la vitesse de son cheval , qui le déroba à la poursuite des cavaliers chrétiens. Cette victoire de Tolosa , mes jeunes amis, doit...
Page 8 - L'Empereur emporta cette précieuse relique avec lui à Constantinople , où il fit son entrée avec la plus grande magnificence. Au commencement du printemps de l'année suivante, 629, il s'embarqua pour la Palestine , dans le dessein d'aller déposer la même relique à Jérusalem , et d'y rendre grâces à Dieu de ses victoires.
Page 375 - Saint-Ange, accompagné d'une suite nombreuse et faisant sonner devant lui ses trompettes ; mais le peuple immobile le regarda passer, et peu de jours après, Rienzi...
Page 38 - Mahomet , qui fit passer la puissance des califes dans la famille des Ommiades, est un événement trop remarquable pour que je ne vous engage point à vous en souvenir ; depuis cette époque le califat , qui jusqu'alors avait appartenu aux souverains de Médine, devint le partage des princes de Syrie , qui transportèrent à Damas le siége de l'empire des Arabes; et la Mecque, où l'islamisme avait pris naissance, ne fut plus que le but où de nombreux...
Page 313 - Régulus , que je vous ai raconté dans l'Histoire romaine, ils envoyèrent des députés à leurs concitoyens pour les supplier de les abandonner à leur mauvaise fortune, plutôt que de livrer la république aux mains de leurs rivaux. Ces généreux captifs , ainsi abandonnés dans les chaînes qu'ils portaient d'une manière si glorieuse , périrent pour la plupart de misère et de douleur; et lorsqu'après dix ans, les Génois, satisfaits enfin d'avoir abaissé Pise , permirent à ceux qui survivaient...
Page 338 - ... qui le déroba à la poursuite des cavaliers chrétiens. Cette victoire de Tolosa , mes jeunes amis, doit être regardée comme le terme des prospérités des musulmans en Espagne, et le premier pas fait vers leur expulsion totale. Dès ce moment la lutte entre les deux nations ne fut plus qu'une longue suite de revers pour les Almohades, et Ferdinand III, petit-fils d'Alphonse IX, ayant réuni la double couronne de Castille et de Léon, poursuivit 1230.

Bibliographic information