L'homme et l'argent: roman de moeurs

Front Cover
D. Giraud, 1853 - 301 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 95 - ... of those common-places of wellsounding eloquence, in which a fallacy is so wrapt up in words we have to dig it out. If this be true, it is true only so long as you compress the feet and compress the intellect, — no longer. Here is another : — " L'expérience lui avait appris que quel que fut leur âge, ou leur caractère, toutes les femmes vivaient avec le même rêve, et qu'elles avaient toutes au fond du cœur un roman commencé dont elles attendaient jusqu'à la mort le héros, comme les...
Page 74 - Au milieu de tous les obstacles que la nature et la société ont sèmes sur les pas de la femme, la seule condition de repos pour elle est de s'entourer de barrières que les passions ne puissent franchir ; incapable de s'approprier l'existence, elle est toujours semblable à la Chinoise dont les pieds ont été mutilés et pour laquelle toute liberté est un leurre, toute espace ouverte une cause de chute.
Page 27 - Beaucourt, il s'endort aux cliants des oiseaux et aux rumeurs de la source; ne dirait-on pas que la création reconnaît encore sous ces haillons le maître qu'elle doit bercer de sa musique céleste? Ici son sommeil est à lui ; on ne viendra point lui prendre sa couche d'herbe, et un alguazil ne l'éveillera pas brusquement pour lui demander de quel droit il dort à l'ombre.
Page 108 - Caillot, en province, vous n'entendez rien à la spéculation! Vous, par exemple, vous êtes un excellent fabricant, tandis que moi je ne suis jamais entré dans une papeterie ; eh bien, si vous persistez...
Page 22 - Blas, le compagnon des hrigands, se corrompre dans son corps et dans son âme, mais laissez Dieu le conduire où il va ; au bout de tout, il trouvera la moralité en même temps que le bonheur, car l'un n'est que le sentiment de l'autre.
Page 74 - ... condition de repos pour elle est de s'entourer de barrières que les passions ne puissent franchir ; incapable de s'approprier l'existence, elle est toujours semblable à la Chinoise dont les pieds ont été mutilés et pour laquelle toute liberté est un leurre, toute espace ouverte une cause de chute. En attendant que l'éducation ait donné aux femmes leur véritable place, malheur à celles qui brisent les lisses accoutumées ! pour elles l'indépendance ne sera, comme la gloire, qu'un deuil...
Page 109 - ... sacrifices seraient trop grands pour que l'avenir puisse vous en dédommager. — Qu'importe? De deux choses l'une : ou l'affaire reste bonne, alors on la garde pour soi; ou elle devient mauvaise, et dans ce cas on la met en actions en se réservant une gérance avantageuse. Severin regarda Caillot avec stupéfaction.
Page 41 - Les croyances politiques ne sont que le sentiment de notre position et changent avec celle-ci. En morale comme en perspective, nous voyons toutes choses selon le point de la montagne où nous nous trouvons ; ce que les journaux appellent apostasie n'est, en réalité, qu'un changement d'horizon.
Page 108 - ... vôtres : vous aurez beau lutter avec persévérance, inventer, perfectionner sans relâche; à chacune de vos découvertes je sacrifierai cinquante mille francs de plus, et la bourse à la main, je ferai crier merci à votre génie.
Page 110 - ... à toutes les ressources gaspillées par une exploitation sans prévoyance et sans liberté, à toutes .les crises enfin qui arrivent tôt ou tard ruinant le crédit, dérangeant l'équilibre des richesses et rejetant au flot de la vie mille destinées qui se trouvaient au port?

Bibliographic information