La mise en scène de George Sand dans les "Lettres d'un Voyageur"

Front Cover
GRIN Verlag, 2007 - 84 pages
0 Reviews
These de Bachelor de l'annee 2005 dans le domaine Etudes des langues romanes - Francais - Litterature, note: 2,3, Universitat Bayreuth, 27 sources bibliographiques, langue: Francais, notes: Die Arbeit habe ich freiwillig in frz. Sprache verfasst. Die Themenstellung habe ich in Absprache mit dem Professor festgelegt. Eine vorhergehende Veranstaltung lag ihr nicht zugrunde., resume: Die Selbstinszenierung eines Autors bzw. einer Autorin findet in jedem autobiographischen Werk statt. Die Analyse widmet sich einem Fruhwerk von George Sand, mit dem sie sich auf der literarischen Buhne endgultig etabliert. Techniken und Stilformen herausarbeiten gehorten zu dieser Arbeit genauso wie eine die Frage nach der Gattungsform "Brief." Diese Fragestellungen munden in die Thematik "Selbstinszenierung von George Sand."
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Introduction
3
Le caractère fictif des Lettres
6
Le programme des voyages
12
Le programme du voyageur
20
Le style des Lettres
27
Conclusion
34
Bibliographie
37
Copyright

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 33 - L'harmonie glissait mollement avec la brise, et le hautbois soupirait si doucement, que chacun retenait sa respiration de peur d'interrompre les plaintes de son amour. Le violon se mit à pleurer d'une voix si triste et avec un frémissement tellement sympathique, que je laissai tomber ma pipe, e,t que j'enfonçai ma casquette jusqu'à mes yeux.
Page 15 - Ce -sont là les instans où j'aime à regarder au loin. Quand les formes s'effacent , quand les objets semblent trembler dans la brume ; quand mon imagination peut s'élancer dans un champ immense de conjectures et de caprices...
Page 13 - ... front chaud et fatigué, dans un jardin de Gênes. C'est que les créations de l'art parlent à l'esprit seul , et que le spectacle de la nature parle à toutes les facultés. Il nous pénètre par tous les pores comme par toutes les idées. Au sentiment tout intellectuel de l'admiration , l'aspect des campagnes ajoute le plaisir sensuel. La fraîcheur des eaux , les parfums des plantes, les harmonies du vent, circulent dans le sang et dans les nerfs , en même temps que l'éclat des couleurs...
Page 14 - Il en avait une terrible, austère, désolée, qui n'appartenait à aucun pays, et qui pouvait ressembler à toute autre partie du monde qu'à l'Italie. Je fermai les yeux au pied d'une roche, et mon esprit se mit à divaguer. En un quart d'heure je fis le tour du monde; et quand je sortis de ce demi-sommeil fébrile, je m'imaginais que j'étais en Amérique, dans une de ces éternelles solitudes que l'homme n'a pu conquérir encore sur la nature sauvage. Tu ne saurais te figurer combien cette illusion...
Page 12 - Ne lis jamais mes lettres avec l'intention d'y apprendre la moindre chose certaine sur les objets extérieurs; je vois tout au travers des impressions personnelles. Un voyage n'eSt pour moi qu'un cours de psychologie et de physiologie dont je suis le sujet, soumis à toutes les épreuves et à toutes les expériences qui me tentent, condamné...
Page 7 - ... laisser voir les mouvements de ce cœur personnifié, si je puis ainsi dire. Ainsi, en parlant tantôt comme un écolier vagabond , tantôt comme un vieux oncle podagre, tantôt comme un jeune soldat impatient, je n'ai fait autre chose que de peindre mon âme sous la forme qu'elle prenait à ces moments-là : tantôt insouciante et folâtre, tantôt morose et fatiguée, tantôt bouillante et rajeunie.
Page 24 - Eh bien! si les joies de ta vieillesse se bornent aux satisfactions de la vanité encensée, aux rares jouissances de la gourmandise blasée, mange, vieillard, mange et respire l'odeur de l'encens mêlée à celle des mets ! Qui pourrait t'envier ton sort et t'en souhaiter un pire? Pour nous, qui te plaignons autant d'avoir vécu que d'avoir à mourir, nous prierons pour qu'à ton lit de mort les adieux de ta famille, les larmes de quelque serviteur ingénu, n'éveillent pas en toi un mouvement de...
Page 24 - Malgache (je l'ai baptisé ainsi à cause des longs récits et des féeriques descriptions qu'il me faisait autrefois de l'île de Madagascar, au retour de ses grands voyages) s'enrôla de bonne heure sous le drapeau- de la république. Tu l'as vu ; c'est un petit homme sec et cuivré , un peu plus mal vêtu qu'un paysan ; excellent piéton ,- facétieux , un peu caustique , brave de sang-froid , courant aux émeutes lorsqu'il était étudiant et recevant de grands coups de sabre sur la tête, sans...
Page 29 - Maudite soit la madone de ton traguet pour n'avoir pas envoyé la peste à de pareils gondoliers! — Si la madone de ton traguet n'était pas la concubine du diable, il ya longtemps que tu serais noyé.— Et ainsi, de métaphore en métaphore, on en vient aux plus horribles imprécations ; mais heureusement, au moment où il est question de s'égorger, les voix se perdent dans l'éloignement, et les injures continuent encore longtemps après que les deux adversaires ne s'entendent plus.

Bibliographic information