La Villa d'Este à Tivoli, ou, Le songe d'Hippolyte: un rêve d'immortalité héliaque

Front Cover
Myrobolan éditions, 2002 - Architecture - 378 pages
0 Reviews
Proposant une interprétation détaillée de la myriade d'images qu'affiche la Villa dans les grotesques de ses fresques et les allégories de ses artifices d'eau, cet essai conduit à une nouvelle lecture du programme iconologique de la Villa d'Este, particulièrement de son jardin, reconnu, unanimement, comme une étape majeure, à l'automne de la Renaissance italienne, de l'évolution de l'art des jardins en Europe. Entendant faire revivre le jardin tel qu'il se présentait lors de sa création (jardin idéal que nous permet d'imaginer un ensemble de gravures et de descriptions de l'époque), cette lecture opère tout d'abord une patiente pérégrination, menée pas à pas, pièce après pièce, au fil des fresques de la Villa, en guise d'introduction à l'imaginaire néoplatonicien qui l'habite. Ses codes, en vogue parmi les premières générations de lettrés du XVIe siècle, vont nous suggérer une analyse fine, quasiment exhaustive, du foisonnement d'allégories que propose une multiplicité d'images, nourrie, dans le jardin, par la symbolique complexe et la dynamique exubérante et lumineuse de l'eau, première protagoniste des " fallacieux " détours de cette maison de Dédale qu'est la Villa. Imbue d'héliolâtrie égyptienne depuis son origine, la pensée néoplatonicienne, - des héritiers de Plotin à Ficin et Giulio Camillo -, questionne les rapports entre la matière et l'esprit, symbolisés par ceux de l'eau avec la lumière et le feu dans leurs relations au Soleil Ces rapports sont exaltés par le symbole universel de l' " eau ignée " - union du Feu et de l'Eau, de l'esprit et de la matière, spiritus mundi chanté par Ficin -, figuré emblématiquement dans le jardin sous l'aspect du cristal liquide des eaux d'artifice, myriades de perles d'eau translucides et brillantes recevant du Soleil leurs semences de vie. Source de la vie du monde et promesse de sa transfiguration à venir, le spiritus mundi anime les prodiges des artifices d'eau du jardin. Il représente, pour les néoplatoniciens de la Renaissance influencés par l'hermétisme égyptien, la puissance magique capable d assurer - à ceux qui en ont la maîtrise -, la rédemption de lame. Selon leurs espérances, il la reconduira vers l'icône du Souverain Bien en ce monde, le Soleil. origine et fin de toutes choses. Car, au XVIe siècle, pour les héritiers de Ficin, " la connaissance magique est aussi salut ".

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Au miroir de lâme
274
Manuscrit parisien
289
Notes
297
Copyright

4 other sections not shown

Other editions - View all

Common terms and phrases

Bibliographic information