La crèche, drame populaire au patois de Besançon

Couverture
Roblot, 1869 - 60 pages
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Table des matières

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 3 - XVIl« siècle. Le héros principal de la Crèche bisontine était une marionnette connue sous le nom de Barbisier, Bousbot ou bourgeois de Battant, qui entreprenait de conduire à la Crèche le peuple, le clergé, les grands de l'époque, et d'exprimer au Dieu nouveau-né les doléances de la province. Ce vigneron patriote tançait assez vertement les mauvaises doctrines et les mauvaises mœurs, et ses marionnettes, prêtres, religieuses, magistrats, amenées aux pieds du Sauveur, représentaient...
Page 3 - Battant , qui entreprenait de conduire à la crèche le peuple, le clergé, les grands de l'époque, et d'exprimer au Dieu nouveau-né les doléances de la province. Ce vigneron patriote tançait assez vertement les mauvaises doctrines et les mauvaises mœurs, et ses marionnettes , prêtres, religieuses, magistrats, amenées aux pieds du Sauveur, représentaient par leur costume et leur langage toutes les classes de la société avec autant de naïveté que de charmes.
Page 47 - Pernez tortot vos guillots, Et meu j'penra mé soche. Les Rois. Nous sommes trois Rois d'Orient (bis), Qui venons d'un cœur riant, Dans la Judée, Pour adorer l'Enfançon, Qu'avons vu en idée. Les Pasteurs. Vos li troubla lou...
Page 3 - ... représentaient par leur costume et leur langage toutes les classes de la société avec autant de naïveté que de charmes. Nodier raconte que le 22 décembre 1793, Charles-Ferréol Landryot eut le courage de rétablir ce divertissement chrétien et que le représentant du peuple Bassal eut le courage d'y assister et d'en rire. Mais le lendemain Landryot eut la prudence d'emballer dans une caisse de sapin scellée avec soin toute sa bande de marionnettes , les anges avec les hommes, les bourgeois...
Page 3 - ... assez vertement les mauvaises doctrines et les mauvaises mœurs, et ses marionnettes , prêtres, religieuses, magistrats, amenées aux pieds du Sauveur, représentaient par leur costume et leur langage toutes les classes de la société avec autant de naïveté que de charmes. Nodier raconte que le 22 décembre 1793, Charles-Ferréol Landryot eut le courage de rétablir ce divertissement chrétien et que le représentant du peuple Bassal eut le courage d'y assister et d'en rire. Mais le lendemain...
Page 51 - ... conscience. Ce n'ot que n'ailiment tout spirituel qu'y vous faut ; aicoutumas de distilla lai quintessence das sucreries de lai vathu et lou sirot de lai piété, vous ne pourris pu fourni ai ças courvas enthousiastiques, ça vapeux mitonnas de dévotion que fant aicaibrioula vouëte coeu dans lou senterot r' dit, pairaidis, pa lou lip lop ° de l'aimoiïot di bon Due.

Informations bibliographiques