La question d'Orient au XVIIIe siècle: le partage de la Pologne et le traité de Kaïnardj

Front Cover
Plon-Nourrit et Cie, 1889 - Eastern question - 288 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 228 - J'en reviens à ce roi de Pologne dont vous me parlez. Je sais que l'Europe croit assez généralement que le partage qu'on a fait de la Pologne est une suite de manigances politiques qu'on m'attribue; cependant rien n'est plus faux. Après avoir proposé vainement des tempéraments différents, il fallut recourir à ce partage, comme à l'unique moyen d'éviter une guerre générale.
Page 87 - La parole d'un particulier n'entraîne que le malheur d'un seul homme ; celle des souverains, des calamités générales pour des nations entières. Ceci se réduit à cette question : vaut-il mieux que le peuple périsse, ou que le prince rompe son traité?
Page 199 - ... en résulter devront être parfaitement égales; que la portion de l'un ne pourra pas excéder la portion de l'autre,, et que, bien loin de mettre des obstacles aux mesures que chacun de nous pourrait juger devoir prendre, pour réaliser ses prétentions, nous nous entr'aiderons...
Page 211 - ... plus en plus ... C'est un bien mauvais sujet, sans talent, sans prudence, sans mœurs : il soutient fort mal le caractère de ministre et d'ecclésiastique.
Page 236 - Nous ne voulons pas, dit-il, détailler ici les droits de ces trois puissances; il fallait des conjonctures singulières pour amener les esprits à ce point et les réunir pour le partage...
Page 79 - En partant donc et des principes et des intérêts de l'Angleterre, comme puissance maritime et commerçante, du vœu de la nation et de la clameur populaire contre tout engagement désagréable à la Russie , on ne peut guère supposer que celle-ci ait quelque chose à craindre de la cour de Londres, pour l'accomplissement de ses projets dans la guerre contre les Turcs. Elle n'a pas non plus à se garantir de son influence dans la négociation de la paix. L'ambassadeur d'Angleterre à Constantinople...
Page 38 - Autrichiens des sentiments de douleur et de repentir de ce que, par leur fausse politique, ils ont appelé cette nation barbare en Allemagne et lui ont enseigné l'art de la guerre... Je n'y vois plus de remède qu'en formant avec le temps une ligue des plus grands souverains pour s'opposer à ce torrent dangereux.
Page 227 - Notez toutefois que cette affaire-ci ' s'est passée sans effusion de sang, et que les encyclopédistes ne pourront déclamer contre les brigands mercenaires, et employer tant d'autres belles phrases dont l'éloquence ne m'a jamais touché. Un peu d'encre à l'aide d'une plume a tout fait; et l'Europe sera pacifiée, au moins des derniers troubles.
Page 95 - Plus on vieillit, et plus on se persuade que sa sacrée majesté le Hasard fait les trois quarts de la besogne de ce misérable univers...
Page 189 - Le ton trop menaçant avec les Russes, notre conduite mystérieuse, tant avec nos Alliés que nos adversaires, tout cela est provenu qu'on a mis pour principe à chercher à profiter de la guerre entre la Porte et la Russie pour étendre nos frontières et obtenir des avantages, auxquels nous ne pensions pas avant la guerre. On voulait agir à la Prussienne, et voulait en même temps retenir les apparences d'honnêteté.

Bibliographic information