La station du Levant, Volume 1

Front Cover
E. Plon et cie, 1876 - French
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 196 - On lui donna la direction politique de la révolution dans la Grèce occidentale. Un autre Phanariote, qui avait été représentant de la Porte à Paris, Théodore Négris, fut chargé d'organiser les provinces orientales. Le désordre et la dissension n'en gagnaient pas moins du terrain. On crut obvier à tout en édifiant une constitution provisoire et en créant une sorte de, gouvernement représentatif dont le centre d'action serait établi à Corinthe. La première assemblée générale eut...
Page 185 - Mon fils , disait-elle à Ali , celui qui ne défend pas » son patrimoine mérite qu'on le lui ravisse. Souvenez» vous que le bien des autres n'est à eux que parce qu'ils » sont forts; et si vous l'emportez, il vous appartiendra. » Le succès légitime tout. » Ces maximes funestes firent le destin de sa vie.
Page 65 - ... elle représentait une femme nue, dont la main gauche relevée tenait une pomme, et la droite soutenait une ceinture habilement drapée et tombant négligemment des reins jusqu'aux pieds ; du reste, elles ont été l'une et l'autre mutilées et sont actuellement détachées du corps.
Page 133 - Ils coupèrent leurs câbles, et la flotte ottomane dériva pêle-mêle au fond de la rade dont elle avait si imprudemment entrepris de défendre l'entrée. Les amiraux russes tinrent conseil. Ils n'avaient pas de brûlots; ils en préparèrent trois sur-le-champ et composèrent les équipages en partie de marins grecs et de marins serbes. Ces trois navires, commandés par deux officiers anglais et par un officier russe, entrèrent dans la baie au milieu de la nuit.
Page 44 - Le patriotisme aux abois n'est pas toujours le maître de répudier le concours des plus tristes auxiliaires. Les écumeurs de mer devaient fatalement s'imposer aux flottes de la Grèce, comme les klephtes de la montagne à ses armées.
Page 193 - Ainsi en tout pays les masses oublieuses applaudissent au succès! III. Au mois de mars 1822, voici quelle était la situation générale des choses dans le Levant. Les Albanais étaient sans gouvernement; la Morée, la Grèce continentale, l'Archipel tendaient à se constituer en corps de nation. Navarin, Monembasia, Tripolitza, Corinthe, étaient passées aux mains des Grecs; Coron, Modon, Nauplie, les châteaux da Patras, d'Athènes, celui de Caristo, dans l'Eubée, résistaient encore.
Page 65 - Lors de notre passage à Constantinople , M. l'ambassadeur m'ayant questionné sur cette statue, je lui dis ce que j'en pensais, et je remis à M. de Marcellus, secrétaire d'ambassade, la copie de la notice qu'on vient de lire. A mon retour, M. de Rivière m'apprit qu'il en avait fait l'acquisition pour le Muséum, et qu'elle était embarquée sur un des bâtimens de la station.
Page 211 - ... remuer l'Attique, rejeter les Turcs dans la citadelle d'Athènes, et lier ces mouvemens à ceux des Grecs du Pinde et de la Macédoine; mais tout a bien changé depuis que la chute d'Ali -Pacha laisse au sultan la disposition de ses troupes et que la flotte turque est sortie des Dardanelles. Les Grecs ne paraissent plus compter sur la Russie; ils se plaignent des Anglais et quelques-uns commencent à parler du désir qu'ils auraient de porter à sa majesté leur hommage incertain. » A Cos, où...
Page 163 - Restauration, marine glorieuse, marine laborieuse et instruite, à laquelle nous devons, nous autres officiers du gouvernement de Juillet et du second Empire, ce que nous avons appris et ce que nous sommes. Les voilà, ces noms qui devaient figurer à la tête d'un corps dont ils furent l'honneur; les voilà, les Hamelin, les Desfossés, les Jacquinot, les Pellion , les Clavaud, les du Bourdieu, les Lugeol, les Deloffre, les Jehenne, tous réunis à la même époque dans la...
Page 206 - ... Secourable au malheur, le pavillon blanc l'a cherché partout; dans ces déplorables événemens, il n'a vu que des victimes. » Le général Foy, Lafayette, unirent leurs suffrages à celui de l'orateur monarchique. La France était contente d'ellemême, et elle avait raison de l'être. Son tort, ce n'est pas, comme toute une école politique voudrait le prétendre, d'avoir été trop souvent généreuse, c'est d'avoir imprudemment compté sur la générosité des autres. A quelques années...

Bibliographic information