La très joyeuse, plaisante et récréative histoire du gentil seigneur de Bayart, Ausgabe 189

Cover
Librairie Renouard, H. Loones, successeur, 1878 - 512 Seiten
 

Was andere dazu sagen - Rezension schreiben

Es wurden keine Rezensionen gefunden.

Inhalt


Andere Ausgaben - Alle anzeigen

Häufige Begriffe und Wortgruppen

Beliebte Passagen

Seite 430 - ... en tesmoing de ce nous avons signé ces présentes de nostre main et à icelles faict mettre nostre scel.
Seite 85 - Ligny à une grant dame du pays, appellée la princessse d'Altemore ; mais guères ne vesquit, car quant ledit roy voulut retourner en France, amena avecques luy ledit seigneur de Ligny, dont bientost après, ainsi que le bruit fut, ladicte dame mourut de dueil. Par le trespas d'elle , et aussi par don que icelluy roy Charles en avoit fait, estoient demourées oudit royaulme plusieurs terres audit seigneur de Ligny, mesmement en In Pouille, comme Venoze , Canoze, Monervyne, Bezeille et plusieurs...
Seite 48 - ... sceu trouver en ce monde. Or, pour parfaire ce qui estoit commencé , le lendemain les souldars tous ensemble se trouverent au logis de leur cappitaine Loys d'Ars, où estoit...
Seite 110 - Non contaeiz, seignor> sono quinze milîa ducados; qui tresjoyeulx fut de ceste prise. Sur ces entrefaictes, va arriver Tardieu, qui, quant il veit ceste belle monnoye, fut bien desplaisant qu'il n'avoit fait la prise. Toutesfois il dist au bon Chevalier : « Mon compaignon, je y ay ma part comme « vous, car j'ay esté de l'entreprise.
Seite 63 - Dictes moy, s'il vous plaist, que voulez que je face « pour donner plaisir à madame ma bonne maistresse, « à vous sur toutes , et au reste de la bonne et belle
Seite 57 - Parquoy, apres luy avoir laissé le duché de Berry pour son estat, espousa la royne duchesse de Bretaigne, veufve du feu roy Charles : si ce fut bien ou mal fait, Dieu est tout seul qui le congnoist. La bonne duchesse de Berry Jehanne de France a toute sa vie vescu en saincteté , et a l'on voulu dire depuis son trespas que Dieu a fait des miracles pour l'amour d'elle. A...
Seite 21 - Vrayement, dist encores le Roy au duc, je « voy devant mes yeulx ce que le cousin de Ligny « m'a dit à disner; je ne veulx pas attendre que me « donniez vostre page ne vostre cheval, mais je le « vous demande. ^- Monseigneur, respondit le duc de « Savoye, le maistre est vostre; le reste y peult bien
Seite 67 - ... ter, je suis d'advis qu'il soit donné à monseigneur « de Mondragon; car on tient que c'est celluy qui a « mieulx fait apres luy. » Ainsi qu'elle ordonna fut acomply, sans ce qu'on en ouyst aucun murmurer. Si fut madame Blanche bien joyeuse d'avoir fait telle nourriture que du bon Chevalier, dont tout le monde disoit bien. Le pris donné, les dances commencerent, qui durerent jusques apres mynuyt, que chascun se retira.

Bibliografische Informationen